Informations

Alec Douglas-Accueil

Alec Douglas-Accueil


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Alec Douglas-Home, le fils du 13e comte de Home, est né à Londres le 2 juillet 1903. Formé à Eton and Christ Church, Oxford, il a rejoint le Parti conservateur et a été élu à la Chambre des communes en 1931 Élection.

Douglas-Home a été secrétaire privé parlementaire de Neville Chamberlain et a participé aux négociations avec Adolf Hitler et Benito Mussolini entre 1937 et 1939.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Douglas-Home a passé du temps à l'hôpital à la suite d'une opération de la colonne vertébrale. Il perdit son siège aux élections générales de 1945 mais revint à la Chambre des communes en 1950. L'année suivante, à la mort de son père, il devint le 14e comte de Home.

En 1951, Winston Churchill le nomme ministre d'État au Scottish Office. Il a occupé le poste pendant six ans avant qu'Anthony Eden ne le nomme secrétaire aux relations avec le Commonwealth (1955-1960), Lord Président du Conseil (1957-1960) et ministre des Affaires étrangères (1960-63). Au cours de cette période, il a également été chef de la Chambre des Lords.

Lorsque Harold Macmillan démissionna en octobre 1963, le comte de Home devint premier ministre. Il a immédiatement démissionné de sa pairie et a remporté une élection partielle à Kinross et Western Perthshire. Un an plus tard, le Parti conservateur est battu aux élections générales de 1964 et Harold Wilson devient le nouveau Premier ministre.

Edward Heath a remplacé Douglas Home à la tête du Parti conservateur en juillet 1965. Après les élections générales de 1974, Douglas-Home a été ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Heath.

En 1974, il reçut le titre de Baron Home of the Hirsel of Coldstream. Son autobiographie, La façon dont le vent souffle, a été publié en 1976. Autres livres inclus Réflexions de frontière (1979) et Lettres à un petit-fils (1983).

Alec Douglas Home, Baron Home of the Hirsel of Coldstream, est décédé dans le Berwickshire, en Écosse, le 9 octobre 1995.

Douglas-Home était un homme manifestement bon - et la bonté ne doit pas être sous-estimée comme une qualification pour ceux qui sont considérés pour des postes puissants. Il était aussi de la meilleure façon possible « sans classe ». Vous avez toujours senti qu'il vous traitait non pas comme une catégorie mais comme une personne. Et en fait, il a écouté - comme je l'ai découvert lorsque j'ai abordé avec lui la question épineuse de l'allocation aux mères veuves.

Mais la presse était cruellement, impitoyablement et presque unanimement contre lui. Il était facile à caricaturer en aristocrate déconnecté, un retour à la pire sorte de torysme réactionnaire. Le snobisme à l'envers a toujours été à mon avis encore plus déplaisant que le simple snobisme. En 1964, la société britannique était entrée dans une phase malsaine de conformisme libéral se faisant passer pour une expression de soi individuelle. Seules les idées et les personnes progressistes étaient dignes de respect par une classe médiatique de plus en plus consciente et confiante. Et comme ils ont ri quand Alec a dit avec autodérision qu'il utilisait des allumettes pour élaborer des concepts économiques. Quel contraste avec les modèles économiques avec lesquels l'esprit techniquement brillant d'Harold Wilson était familier.

Les conservateurs auraient dû élire Rab Butler pour lui succéder. Je m'y attendais et j'aurais aimé renouveler le concours des années 50. Mais Rab n'avait pas assez d'instinct de tueur pour prendre le relais et ses collègues le savaient. Au lieu de cela, ils ont choisi le comte de Home, qui s'est rétrogradé à la Chambre des communes à cette fin. Politiquement, j'étais content. Au lieu du redoutable Macmillan, avec sa connaissance approfondie de la politique et de l'administration, j'avais un adversaire avec très peu d'expérience du Parlement et une grande ignorance de l'économie.

Il allait s'avérer bien plus redoutable que je ne le pensais. Lorsque les élections sont arrivées, nous n'étions qu'à peine arrivés et on me demande souvent si nous aurions pu perdre si Macmillan avait été rétabli au pouvoir. C'est très difficile à dire, mais j'en doute. Macmillan nous avait fourni tellement de munitions que je considère que nous en aurions fait de la viande hachée, alors qu'avec Alec Douglas-Home notre barrage était peut-être plus contenu.

Il est parfois suggéré que j'ai aidé à façonner le chemin d'Alec Douglas-Home vers le n ° 10 pour des raisons entièrement égoïstes, car je savais qu'il perdrait les élections et s'avérerait n'être qu'un pis-aller, me permettant de devenir leader. En fait, je croyais sincèrement en 1963 qu'Alec était le seul candidat capable d'unir le parti. Après que l'agitation causée par Macleod se soit calmée, c'est exactement ce qu'il a réussi à faire. Bien sûr, il est vrai que, si un jeune candidat de ma génération avait succédé à Macmillan en 1963, il m'aurait évidemment été impossible de devenir leader quand je l'ai fait. Mais la politique est une affaire imprévisible, et cela aurait été de la folie pour moi de supposer quoi que ce soit sur le long terme à ce stade. De plus, Alec était un politicien très perspicace et astucieux et, si j'avais vraiment joué à un tel jeu, il aurait vu à travers moi et ne m'aurait jamais confié les responsabilités qu'il a assumées entre novembre 1963 et juillet 1965, et il n'aurait pas non plus accepté d'être mon ministre des Affaires étrangères fantôme après que je l'ai remplacé en tant que chef.


Cecil "Robin" Douglas-Home

Cecil "Robin" Douglas-Home (5 mai 1932 - 5 octobre 1968) était un aristocrate écossais, pianiste de jazz et auteur, dont la vie tragique jouxtait celles d'une nature plus célèbre. À tel point qu'à la mi-trentaine, l'attrait et l'attrait de mener une vie avec le « grand » et le « célèbre » l'ont poussé à bout !

Robin Douglas-Home était le fils aîné de l'honorable Henry Douglas-Home, issu de son premier mariage avec Lady Margaret Spencer. Issu de plusieurs maisons nobles, Douglas-Home était le petit-fils paternel de Charles Douglas-Home, 13e comte de Home par sa femme, Lady Lillian Lambton, et le petit-fils maternel de, Charles Spencer, 6e comte Spencer par sa femme, le Honorable Margaret Baring. Son oncle était l'ancien Premier ministre britannique Sir Alec Douglas-Home (anciennement 14e comte de Home) et son jeune frère Charles Douglas-Home a édité le Times.

Dans sa jeunesse, Douglas-Home était un pianiste de jazz populaire et, par conséquent, il était une figure de proue de la société et un « homme de la ville » au cours des années 1950 et 1960.

À la fin des années 1950, il a eu une relation avec la princesse Margaretha de Suède, petite-fille aînée du roi Gustav VI Adolf. Malgré ses origines de sang bleu, le cours du véritable amour ne s'est pas déroulé sans heurts avec la princesse et, selon la presse, la permission de se marier leur a été refusée par sa mère, la princesse Sibylla, malgré une déclaration ultérieure du roi Gustave VI Adolf disant : "Le King n'a imposé aucune interdiction du mariage en question".

Robin a commenté à des amis: «L'idée était de la garder au secret de moi. Ils ne supportaient pas l'idée que leur sang royal se mélange à une goutte de bière vintage de pianiste de club. Mais je crains qu'ils aient été un peu en retard pour cela.

J'ai débité une lettre formelle demandant la main de Margaretha tout en reconnaissant, dès le départ, que mes chances d'être accepté par la famille étaient un peu moins probables que la survie du chat proverbial en enfer.

Je n'ai eu aucune occasion de faire avancer ma proposition en personne pendant près d'un an et, même alors, dans des conditions de surveillance presque totales. Nous avions échangé nos troths en privé à Londres et je savais que son amour pour moi était tout à fait authentique. Tout comme le mien pour elle.

Mais toute sa famille était alignée contre moi. Le vieux roi Gustav ne lui laissait aucun doute qu'elle perdrait tous ses droits royaux si elle épousait un roturier. Elle a eu ce problème ainsi qu'une histoire d'amour avec moi, en commun avec la princesse Margaret.

Ils se sont tous les deux penchés sur les droits et privilèges quand cela importait - et qui, dis-je, pourrait les blâmer.

Mon oncle était peut-être le comte de Home, chef des conservateurs à la Chambre des lords, secrétaire aux relations avec le Commonwealth et lord président du Conseil, mais j'étais toujours considéré comme assez bas par la famille royale suédoise.

La mère de Margaretha, Sibylla, n'a pas eu le temps de répondre à ma demande en mariage. La lettre est revenue dans une quinzaine de jours. La réponse a été brève et n'a donné la moindre possibilité qu'une seule interprétation. C'était "Non!"'

Cependant, la nounou et confidente de la princesse Margaretha, Ingrid Bjrnberg, déclare catégoriquement dans ses mémoires que la rupture entre les deux n'était pas due au refus de la princesse Sibylla de leur permettre de se marier, mais parce que la princesse Margaretha ne souhaitait pas l'épouser.

Il y a peut-être une part de vérité à cela, puisque l'éventuel compagnon de la princesse Margaretha n'était pas le prince tant espéré, jugé approprié par les Bernadotte, mais un homme d'affaires anglais, et non aristocratique en plus !

La princesse Margaretha a rencontré son futur mari, John Ambler, lors d'un dîner au Royaume-Uni en 1963. Le 28 février 1964, sept ans après la fin de sa relation avec Douglas-Home, les fiançailles de la princesse Margaretha ont été annoncées sans grande fanfare, à le citoyen britannique, John Kenneth Ambler. Ils se sont mariés le 30 juin 1964 à l'église de Gördslāsa, Gārdslāsa, sur l'île d' land. À la suite de son mariage inégal, elle a perdu son style d'altesse royale et est devenue la princesse Margaretha, Mme Ambler.

Avec son mariage, comme Mme Ambler, la princesse Margaretha a mis fin à sa vie de personne publique, en s'installant au Royaume-Uni, où elle a vécu une vie anonyme et n'a effectué aucun engagement officiel au nom du Royal suédois. Famille.

Rebondissant plus tôt, Douglas-Home a épousé le mannequin de dix-huit ans Sandra Claire Paul le 9 juillet 1959. Fille du commandant de l'escadre Saville Paul, un médecin de la RAF, elle était, il s'avère, l'un des mannequins les mieux payés de Grande-Bretagne par le moment de son mariage. Travaillant aux côtés de noms tels que Jean Shrimpton et Twiggy, Sandra Paul, a honoré les couvertures de Vogue avec les meilleurs du secteur. Sa popularité était telle qu'elle a également figuré sur la couverture du Vogue américain pendant deux mois consécutifs, après avoir été photographiée par David Bailey et Norman Parkinson.

Ils se sont rencontrés par l'intermédiaire de l'agence de publicité où travaillait Douglas-Home, lorsqu'elle a été choisie comme visage pour lancer le savon Dove. Ensemble, le couple a eu un fils le 1er septembre 1962, Alexander Sholto Douglas-Home, qui a été conçu dans la maison de Frank Sinatra à Palm Springs, et avait Ol' Blue Eyes comme parrain.

Ecrivain de talent, Douglas-Home est l'auteur d'une biographie autorisée de Sinatra (1962) et a publié quatre romans, dont Hot for Certainties (1964) qui a remporté le prix du premier roman du Club des auteurs. De plus, il a également écrit un certain nombre d'articles pour des revues et des magazines tels que Queen et Woman's Own.

Peu de temps après la naissance de son fils, Douglas-Home a engendré un enfant de Nico, marquise de Londonderry. Au moment de la naissance du bébé, la petite fille a été involontairement reconnue par le marquis de Londonderry comme sa propre fille. La vérité resterait secrète jusqu'à la fin des années 1990, lorsque Lady Cosima Somerset a annoncé que son père biologique était Robin Douglas-Home.

Malheureusement, en 1965, le couple a divorcé, coïncidant à l'époque avec la romance de Douglas-Home avec la princesse Margaret, comtesse de Snowdon. Finalement, son divorce a fait l'objet d'un documentaire télévisé de la BBC par Alan Whicker.

Au moment de leur rencontre, la princesse Margaret était désormais tourmentée par la détérioration de son propre mariage et cherchait du réconfort. avec Snowdon. La princesse a affirmé plus tard que la relation était purement platonique, mais ses lettres à lui, qui ont ensuite été vendues, étaient de nature intime.

Douglas-Home s'est suicidé 18 mois après sa rupture avec Margaret, le 15 octobre 1968, à l'âge de 36 ans, souffrant depuis des années de dépression clinique.

Sans aucun doute bouleversée, la princesse Margaret n'a pas assisté à ses funérailles.

Leur liaison serait restée secrète. Mais, au grand désarroi de la princesse, des lettres affectueuses d'elle à Douglas-Home devaient faire surface près de 30 ans plus tard, dans un livre de Noel Botham, le journaliste de tabloïd.


Dirigeants conservateurs que nous avons connus : Alec Douglas Home

Dans ce qui est soudainement devenu une série (je me demande pourquoi ?), le numéro deux des premiers ministres les plus brefs est Alec Douglas Home, 1963-64. Si Bonar Law était le ‘Premier ministre inconnu’, Home, Premier ministre pendant seulement 363 jours, pourrait être (selon les mots de Peter Hennessy’) l'inoubliable’.

Au moins jusqu'à David Cameron, Home était le dernier vrai toff à occuper le numéro 10. Il était, à partir de l'âge de 15 ans à Eton and Christ Church, naturellement, connu sous le nom de Lord Dunglass à partir de 1951, il était le 14e comte de Home. Il avait la facilité de manières que font certains vrais sang-bleu. Dans une entrée DNB réfléchie et sympathique, Douglas Hurd l'a décrit comme l'un des politiciens les plus courtois qu'il ait jamais connus.

Pour ajouter à l'air du gentleman amateur, Home a passé ses journées universitaires à se concentrer sur des passe-temps, notamment le cricket. Ainsi, il n'a peut-être obtenu qu'un tiers dans l'histoire, mais il a la particularité d'être le seul Premier ministre britannique à avoir joué au cricket de première classe : pour Middlesex, Oxford et le MCC (il a fait une tournée en Amérique du Sud sous Pelham Warner).

Cet air était trompeur. On peut imaginer que son entrée en politique s'inscrit dans une tradition familiale. En fait, ils n'avaient aucune tradition politique à proprement parler, bien que sa mère soit libérale et qu'il soit un admirateur de Lloyd George. Cependant, comme beaucoup d'autres de sa génération, le charismatique Noel Skelton l'a attiré vers le conservatisme. Squelette Conservatisme constructif (1924) s'est tourné vers un conservatisme progressiste : il a inventé l'expression « démocratie propriétaire de la propriété ». Par cela, il cherchait à gagner les classes ouvrières du socialisme et à « combler le fossé économique… entre le travail et le capital ». Les partisans de Skelton, surnommés le YMCA, comprenaient Bob Boothby, Harold Macmillan et Anthony Eden.

Un autre était Dunglass, qui est entré au Parlement à la suite du raz-de-marée de 1931. En 1936, il était PPS du chancelier Neville Chamberlain. Il fut ainsi PPS du nouveau Premier ministre en 1937 et accompagna Chamberlain à Munich. Aussi, en 1936, il se maria : l'un des mariages politiques les plus stables et les plus heureux de l'époque. Après la mort de son maître, Home était gravement malade, rendu immobile pendant deux ans à la suite d'une opération de la colonne vertébrale. À cette époque, il développa une foi chrétienne approfondie, ainsi qu'une méfiance passionnée et robuste à l'égard de Staline et du communisme soviétique.

Après avoir été ministre adjoint du ministère des Affaires étrangères dans le gouvernement intérimaire de Churchill, il a perdu son siège lors du glissement de terrain du Labour en 1945 et est brièvement revenu en 1950. C'est en tant que Lord Home qu'il est devenu ministre adjoint du ministère écossais, puis secrétaire du Commonwealth. Lorsque Macmillan a transféré Selwyn Lloyd au Trésor en 1960, Home a été (controversé, parce qu'il était dans les Lords) donné au ministère des Affaires étrangères.

Cela aurait normalement pu le mettre en pole position pour tenter de succéder à Macmillan, mais il avait deux inconvénients. Le premier était qu'il était à la Chambre des Lords, et l'idée d'un Premier ministre dans les Lords était désormais inacceptable. Cependant, ce problème était désormais surmontable, après que le vicomte Stansgate (Tony Benn, comme il deviendrait) eut fait passer une loi lui permettant de renoncer à sa pairie. Par chance, un siège vacant était disponible juste au moment où Macmillan était sur le déclin.

Son autre problème s'est avéré être un avantage : à savoir, son profil bas. Un peu comme John Major en 1990, Home a profité de ne pas être comme ses rivaux. Dans le style classique de Oui Ministre, Home a dit à ses collègues qu'il n'était pas candidat (bien que dans le cas de Home, il le pensait probablement). Pendant ce temps, ses rivaux rappelaient à leurs collègues les bagages qu'ils transportaient.

La vedette était Lord Hailsham, que Macmillan avait identifié comme son héritier choisi. Cependant, dans les semaines qui ont suivi la décision de Macmillan de démissionner, Hailsham a été interviewé à la télévision, a fait défiler sa femme et sa petite fille et a montré son éclat dans un discours à la conférence (quand il a annoncé son intention de renoncer à sa pairie, il a été reçu avec une excitation). L'envie n'est pas attirante, mais c'était une force politique puissante en 1963, et certains de ses collègues lui en voulaient clairement. Pour ajouter à cela, les Américains ont alors clairement exprimé leur dégoût pour Hailsham. Macmillan, secrètement, a retiré son soutien.

On ne peut s'empêcher de penser que la raison pour laquelle Macmillan a adopté Hailsham, et s'est senti capable d'y aller en 1963, était que Hailsham arrêterait Butler. Rab Butler était l'un des grands hommes d'État de l'époque. Cependant, Macmillan et Butler étaient rivaux depuis l'époque d'Eden. L'entrée de Home dans la course était clairement une décision de bon nombre de ses collègues d'arrêter Butler.

Home a été aidé par un discours de conférence réussi, mais sa cause a été décidée par le soutien de Macmillan et de la plupart de son cabinet : lorsque des sondages informels quelque peu louches ont été pris, seuls trois membres du cabinet ont favorisé Butler. La question était alors de savoir si Butler pouvait être persuadé de servir ? Le sens du devoir de Butler, le charme de Home et une offre du ministère des Affaires étrangères ont fait l'affaire. En remportant le premier prix, Home a accordé du crédit à la célèbre description de Macmillan à la reine : « acier peint comme du bois ».

Home est ainsi devenu le dernier chef conservateur à émerger via le cercle magique. C'est Home qui a mis en place l'élection de son successeur au scrutin secret des députés ayant voté pour Heath. Cela a également permis la possibilité d'élections annuelles et un défi de leadership : ainsi, par inadvertance, Home a joué un rôle dans la chute de Margaret Thatcher 27 ans plus tard. Il était également l'un des trois seuls politiciens du 20e siècle à passer directement du ministère des Affaires étrangères au numéro 10 (deux autres premiers ministres qui n'ont pas duré trop longtemps, Eden et Callaghan, étaient les autres)

Cependant, Home avait une tâche ardue. Il devrait y avoir des élections l'année suivante et les travaillistes détenaient une avance à deux chiffres dans les sondages. Au plus bas, les conservateurs votaient dans les années trente. Les conservateurs étaient au pouvoir depuis 1951, et les dernières années Macmillan avaient vu les problèmes du gouvernement s'accumuler. Il a été en proie à un scandale, notamment l'affaire Profumo. Les problèmes économiques auxquels les gouvernements de Macmillan et seulement par intermittence (et la plupart du temps sans succès) se sont attaqués avaient entraîné une augmentation du chômage et des problèmes de balance des paiements. La politique phare de Macmillan s'est effondrée lorsque de Gaulle a dit « non » à l'entrée britannique dans la CEE.

Home a également fait face à un nouveau chef de l'opposition. Peter Hennessy considère Harold Wilson comme le leader de l'opposition le plus efficace des temps modernes : pétillant, plein d'esprit et incisif dans le bien des Communes à la télévision, avec un message modernisateur et optimiste et une image d'homme du peuple soigneusement projetée. En revanche, Home le laird pouvait difficilement prétendre être une rupture avec le conservatisme patricien de Macmillan, la pêche au saumon et la lande à tétras. De plus, alors que Wilson dominait les ondes, Home était tout sauf naturel à la télévision. Célèbre, il a demandé une fois à une maquilleuse si elle pouvait le rendre plus beau à la télévision. Elle répondit par un bref non, ajoutant en guise d'explication qu'il avait une tête comme un crâne. Home pensait que la tête de tout le monde ressemblait sûrement à un crâne. La réponse fut un non catégorique. Sa femme a estimé que ses lunettes à monture d'écaille de marque lui avaient coûté l'électron. Comme l'émission de télévision satirique C'était la semaine qui était l'avait, c'était Dull Alec contre Smart Alec.

Il ressemblait aussi à Chalky, le professeur des Bash Street Kids, tant aimé dans le Beano. Peut-être qu'il se sentait parfois comme lui aussi.

La maison a peut-être été un toff, mais il s'est avéré étonnamment efficace lorsqu'il s'est agi de restaurer la position électorale des conservateurs. La maison tout à fait décente et honorable a désamorcé le problème de la sleaze. De plus, l'imprudente course à la croissance de Reginald Maudling semblait pouvoir faire pour Home ce que Butler et Heathcoat-Amory avaient fait pour Eden et Macmillan (c'est-à-dire attiser un boom pré-électoral, même si cela a endommagé l'économie par la suite : dans le cas de Maudling, léguant à Jim Callaghan un déficit de la balance des paiements de 880 millions de livres sterling). Mais, cela a payé des dividendes électoraux et, combiné à ses manières calmes et patriciennes, cela a contribué à engendrer un processus commun dans l'histoire politique, l'érosion d'une avance de l'opposition (et d'une avance travailliste) à l'approche du jour du scrutin. Le jour du scrutin, un score travailliste qui avait atteint 50% dans les sondages a été réduit à un vote de 44%, à peine plus qu'en 1959.

Le score des conservateurs n'était que de 34% à l'époque de la canicule de Macmillan, et Hume a réussi à sonder 43%. Ce qu'il n'a pas fait, c'est de tuer un renouveau libéral. Après leur victoire sensationnelle à Orpington en 1962, le taux de vote des libéraux, qui avait atteint 22 %, était retombé à un chiffre en 1964. En fin de compte, cependant, un vote de 11 % a suffi à donner la victoire aux travaillistes (comme est expliqué dans un article sur les élections de 1964, ici).

Pour Home, c'était trop peu, trop tard. Il avait cependant transformé un désastre potentiel en une défaite de courte durée. Il deviendra ministre des Affaires étrangères sous Edward Heath, faisant de l'un des deux anciens premiers ministres du XXe siècle à occuper par la suite le ministère des Affaires étrangères (l'autre était Balfour). et quand Heath a réussi. Cela a également fait de lui l'un des trois seuls hommes à occuper le poste deux fois (l'un d'eux, Eden, l'a occupé trois fois).

Deux anecdotes suffiront pour terminer. Des années plus tard, Home a raconté à Hailsham une histoire jusque-là non rapportée de 1964. Home séjournait à Aberdeen lorsqu'il a été suivi jusqu'à la maison d'un ami où il séjournait. Le manque d'espace signifiait que son agent de sécurité était posté à côté. Un groupe d'étudiants l'avait suivi et avait frappé à la porte. Home lui-même a répondu et on lui a dit que les étudiants allaient le kidnapper. La réponse de Home était de supposer que s'ils le faisaient, cela lui garantirait probablement une majorité de deux à trois cents. Il a ensuite demandé quelques minutes pour faire ses valises, leur a offert de la bière et c'était la fin de l'affaire. Et Home ne l'a dit à personne, car si l'histoire avait été connue, son garde du corps aurait été limogé.

L'autre histoire raconte qu'une fois, dans un train pour Berwick, une dame âgée l'a approché pour lui dire qu'elle et son mari étaient de grands admirateurs et qu'ils pensaient qu'il aurait fait un très bon premier ministre. Lui, avec l'esprit typique et la bonne grâce, répondit qu'il l'avait été une fois, mais seulement depuis très peu de temps.


Maison Douglas

Alexander Douglas-Home est né dans le nord de la Grande-Bretagne en 1903. Il était connu sous le nom d'Alec. Il venait d'une maison noble. Son grand-père était le comte de Home (prononcé ‘Hume’). Alec était l'aîné de plusieurs enfants. Son ascendance était écossaise et anglaise. Il a grandi dans les basses terres rurales écossaises. Son frère William était un dramaturge bien connu. Les œuvres les plus célèbres de William étaient Lloyd George connaissait mon père et une autobiographie ‘Home prononcé Hume.’

Alec est allé à l'école préparatoire dans le sud de la Grande-Bretagne. Il a ensuite fréquenté Eton. Il était un joueur de cricket doué et universellement populaire. Alec était sûr de lui et semblait être sans effort supérieur. Toutefois. Alec n'était que médium académiquement. Cyril Connolly a écrit en 1939 que si Alec avait vécu au XVIIIe siècle, il aurait été Premier ministre à l'âge de 30 ans.

Après Eton Alec est allé à l'Université d'Oxford. Ce n'était pas difficile pour ceux qui avaient la bonne éducation d'entrer. Il jouait au cricket pour le Varsity. Alec n'a pas rejoint l'Oxford Union qui est une société de débats. Il semblait indifférent à la politique. Après avoir obtenu son diplôme, il a joué au cricket en club.

Alec a ensuite rejoint le Parti conservateur. Il a été élu au Parlement. Il a hérité du titre de courtoisie Lord Dunglass. Cela ne l'a pas fait entrer à la Chambre des Lords. Alec était un assistant de Chamberlain lorsque ce dernier était Premier ministre.

Lorsque Chamberlain revint de Munich, il avait Alec à ses côtés. Alec a conseillé au Premier ministre de ne pas montrer le morceau de papier signé par Hitler. Chamberlain a ignoré les conseils et a fourni la pire opportunité de photo du siècle.

En 1939 éclate la Seconde Guerre mondiale. Alec Douglas-Home a de nouveau été promu. Il était matraqué et ses opinions étaient du toryisme conventionnel.

En 1951, Alec est devenu ministre adjoint pour l'Écosse. À cette époque, il avait hérité du titre de comte de Home. Puis il a été nommé secrétaire aux Colonies. Il était tiède sur la décolonisation. Il s'est heurté à son collègue Iain MacLeod. MacLeod était un compatriote écossais qui croyait en une décolonisation précipitée et ne prêtait aucune attention aux immigrants blancs en Afrique.

Dans les années 1960, Douglas-Home faisait partie du cabinet. En 1963, Macmillan a annoncé son intention de se retirer. Qui devrait être le nouveau PM ? Les doyens conservateurs ont pris des sondages. Quatre des cinq hommes considérés étaient d'anciens Etoniens. Le seul rival sérieux de Douglas-Home était RAB Butler. Butler avait été vu comme trop circonspect à l'égard de Suez. Macmillan a conseillé à Sa Majesté de faire venir Douglas-Home.

En octobre 1963, Douglas-Home s'embrassa les mains en tant que Premier ministre. Il était toujours comte de Home. Aucun Premier ministre n'avait fait partie des Lords depuis 1902. George V a succédé à Lord Curzon en tant que Premier ministre en 1923 parce que Curzon était à la Chambre des Lords. Les travaillistes n'avaient presque personne à la Chambre des pairs. Cela pourrait-il fonctionner ?

Un acte récent a permis aux pairs de renier leurs titres. Ils pourraient alors siéger à la Chambre des communes. Douglas-Home s'est prévalu de cette loi qui avait été votée pour aider Anthony Wedgwood-Benn (Vicomte Stansgate) qui était député travailliste. Douglas-Home s'est défait de son comté. Il y avait une élection partielle à venir dans un siège conservateur sûr en Écosse: Kinross et West Perthshire.

Pendant deux semaines, le Premier ministre n'était ni dans les Lords ni dans les Communes. L'élection partielle a eu lieu et il a été élu député.

Harold Wilson était le leader travailliste. Wilson s'est moqué du Premier ministre, "après un demi-siècle d'avancée sociale, les conservateurs sont dirigés par un 14e comte." Douglas-Home a riposté en disant que Wilson était plus que le 14e M. Wilson.

Le gouvernement conservateur était impopulaire. L'économie ralentissait. Le parti conservateur était perçu comme scandaleux et décrépit.

Dans une revue d'une biographie de Lord Randolph Churchill, RAB Butler a écrit au sujet de la succession à la direction des conservateurs de 1963. RAB y avait perdu. Le RAB a déclaré qu'un "cercle d'or" d'Old Etonians avait confié le leadership à Douglas-Home dans le cadre d'un processus injuste et opaque. RAB avait été victime de discrimination parce qu'il avait fréquenté une petite école publique. À l'avenir, les courses à la direction des conservateurs étaient ouvertes et impliquaient le vote des députés.

Le conservateur a récupéré sa position dans les sondages. En octobre 1964, il y a eu une élection. Le travail était considérablement en avance. Au final, les travaillistes ont remporté 1% des voix et seulement quelques sièges.

Douglas-Home a été Premier ministre pendant un an moins trois jours. Il est resté en tant que chef conservateur jusqu'en 1965. Puis il s'est retiré et Edward Heath a pris le relais.

Alec Douglas-Home est resté en première ligne politique. Au début des années 1970, il était ministre des Affaires étrangères. Il se retira des Communes et reçut une pairie à vie : Lord Home of the Hirsel. Le Hirsel était le siège de sa famille. Son titre héréditaire était allé à son fils.


Il était le premier des premiers ministres de la reine dont elle était déjà proche.

Lord Home a renoncé à sa pairie pour pouvoir entrer à la Chambre des communes et devenir premier ministre en tant que Sir Alec Douglas-Home. Il était issu d'une vieille famille d'aristocrates écossais, voisins de la famille mère de la reine, les Bowes-Lyon. Il était donc le premier des premiers ministres de la reine dont elle était déjà proche, une amie d'enfance de la reine mère. "Elle aimait Alec - c'était un vieil ami", a déclaré un assistant. “Ils parlaient de chiens et de tournage ensemble…, ils étaient le même genre de personnes.”

Home l'a aidée à nommer plusieurs chevaux royaux au fil des ans. Selon l'historien DR Thorpe, lorsque Home s'est rendu pour la première fois à Balmoral lors d'une visite du premier ministre, il a entendu le son du joueur de cornemuse officiel de la reine avant le petit-déjeuner, un son qu'il n'avait pas entendu lors d'une simple visite en tant que vieil ami. et il a donc suggéré d'appeler trois poulains ‘Blessed Relief’ [by] ‘Bagpipes’ [out of] ‘Earshot’.


Sir Alec Douglas-Home – Premier ministre conservateur 1963 à 1964

Sir Alec Douglas-Home n'a été Premier ministre que pendant 363 jours, mais il a supervisé l'abolition du prix de revente imposé et a adopté une position ferme vis-à-vis des syndicats.

Il a documenté sa vie dans The Way The Wind Blows: An Autobiography

Sir Alec Douglas-Home est né à Mayfair, à Londres, dans une famille aristocratique. Il a fréquenté l'Eton College, puis l'Université d'Oxford, où il a obtenu un BA de troisième classe en histoire moderne. Il a également joué au cricket de première classe pour des clubs de premier plan.

En 1931, il entra au Parlement en tant que Parti unioniste écossais (combiné avec le Parti conservateur en 1965) député de Lanark.

En tant que secrétaire parlementaire privé du Premier ministre Neville Chamberlain de 1937 à 1939, il a assisté à la Conférence de Munich en 1938, bien qu'il n'ait pas été entaché par les retombées.

Une maladie grave pendant la Seconde Guerre mondiale l'a empêché de participer activement et il a perdu son siège aux élections générales de 1945.

Après le décès de son père, il est devenu le 14e comte de Home et a siégé à la Chambre des lords.

Il a été secrétaire du Commonwealth pendant la crise de Suez en 1956, en plus d'occuper les postes de leader de la Chambre des Lords et de Lord Président du Conseil.

En 1959, le Parti conservateur dirigé par Harold Macmillan a remporté les élections générales. L'année suivante, il est nommé ministre des Affaires étrangères. Il est resté dans le rôle jusqu'au 18 octobre 1963, lorsque Macmillan a soudainement démissionné en raison d'un problème de prostate qui a été exacerbé par l'affaire Profumo.

L'émergence de Douglas-Home en tant que nouveau chef du Parti conservateur a attiré certaines affirmations selon lesquelles Macmillan avait travaillé pour s'assurer que « The Magic Circle » refusait à Rab Butler le leadership, mais Reginald Maudling avait également été un candidat solide.

Malgré cela, il a rejeté sa pairie le 23 octobre 1963 et est devenu Sir Alec Douglas-Home.

Le 7 novembre, il s'est présenté et a remporté la circonscription de Kinross et West Perthshire – mais pendant les deux semaines qui se sont écoulées, il a été Premier ministre qui n'appartenait ni à la Chambre des communes ni à la Chambre des Lords.

Il ne briguait pas à l'origine le poste de Premier ministre, mais était largement respecté par son parti et ses futurs dirigeants. Au moment où il a pris le pouvoir, le Parti conservateur était au pouvoir depuis 12 ans et avait participé à 3 élections.

Sir Alec Douglas-Home était le quatrième chef du parti au cours de la période. En revanche, Harold Wilson était un leader craintif du Parti travailliste. Malgré cela, Sir Alec Douglas-Home s'est fortement concentré sur la victoire des prochaines élections et, par conséquent, il a réduit l'avance des travaillistes dans les sondages d'opinion. Il a également adopté une position ferme dans ses relations avec les syndicats.

Pendant le mandat de Sir Alec Douglas-Home, le président américain John F Kennedy a été assassiné et les relations avec le successeur de Kennedy, Lyndon B Johnson, se sont détériorées après la vente des bus britanniques Leyland à Cuba. Macmillan a décrit la célèbre Sir Alec Douglas-Home to the Queen comme « de l'acier peint comme du bois ».

Sir Alec Douglas-Home was an unexpected Prime Minister and served for only 363 days, the second shortest premiership in the 20th century – but he pushed his plan as he did not see any reason why the Conservative Party would not win a fourth term.

The general election held on 15 October 1964 saw Wilson win a 4-seat majority.

Despite defeat, he went on to serve as Foreign Secretary throughout Edward Heath’s premiership from 1970 to 1974.

Need more in-depth – check these out. (paid links)

Sir Alec Douglas-Home


Alec Douglas-Home - History

Governor Harriman said we were interested in discussing Ghana where we are greatly concerned over our investment in aid and EX–IM Bank funds for the Volta project. 2 Nkrumah blames the United States for all his troubles, including the attempt at assassination, and he has now sent away some six teachers from the university against the wishes of the excellent British rector. His behavior has become intolerable. The Prime Minister said he was worried about Ghana. Nkrumah has gone very close to being Communist. If the United States took away its aid to the Volta project, it was his opinion that Ghana would go right over to the Russians who would supply the money for the Volta dam. (Sir Alec first said “Aswan”, and then corrected himself.)

Governor Harriman said there was a date in March or April when work on the dam could be stopped or could continue to be pursued. If the decision were to proceed, one would have to finish the task because of [Page 418] the flooding problem which would result if the dam were not completed. He thought it desirable to take a look at the situation to see what could be done. Mr. Butler said he was worried about a collapse of the Ghana economy with or without the Volta project, and noted that another difficult question would arise over the implementation of the 7-year plan of development. If the United States could hold up Volta to accomplish certain objectives, this might be useful, but a withdrawal would be extremely serious since aid to Volta is about the only instrument we have in Ghana. Mr. Butler said he also thought one could not be sure how long Nkrumah would last.

The President observed that it was going to be difficult to keep on giving aid in the face of public opinion in the United States concerning Ghana’s actions and attitudes. However, the President added, we obviously do not want the Soviets to get a base in Ghana.

The Prime Minister asked whether the project could be slowed down and Governor Harriman said that a decision in March or April could stop the project for a year. He wondered if the British could talk to Nkrumah and say that Ghana could not very well expect the project to go forward in view of the present attitudes of the Ghana Government toward the U.S. Mr. Bundy noted that our people have not been able to get at Nkrumah and the Prime Minister said there had been no British contact with him either. The Prime Minister said he had received an offensive letter from Nkrumah recently. The Secretary noted that Nkrumah had not been out of his castle since January 2. Ambassador Ormsby Gore said perhaps the British High Commissioner could get into see Nkrumah if he had a letter from the British Prime Minister.

Governor Harriman said that Mr. Kaiser was prepared to go to Ghana promptly if it would be useful. Mr. Kaiser has had some access to Nkrumah . The President suggested that perhaps the Prime Minister could answer the letter from Nkrumah and then Mr. Kaiser could visit Ghana. Mr. Butler remarked that Nkrumah is obsessed with the thought that the US and the UK desire his destruction. Governor Harriman said that Nkrumah has Russian guards in his castle, and has confidence only in them.

The Secretary said we recognize fully the consequences of canceling the Volta projects, but that we have to be aware of the fact of the possibility that Congressional resolutions or amendments to bills could require us to terminate aid. He added that our Ambassador to Ghana thinks that Nkrumah is in a stage of personal disintegration. The Prime Minister said he was convinced that Nkrumah had “gone round the bend.” He said he would write to Nkrumah .


Douglas-Home

The Douglas family s legendry connections go back to 767 AD when Sholto Duglass turned a battle in favour of King Solvathuis against Donald Bane however, it is William (Born) 1174 who is widely acknowledged as the founder of the Black Douglas family and the Douglas Estates.

The Earls of Home, as Wardens of the East March of Scotland, can boast similar lineage to the Douglases.

The two families came together in 1832 when Lady Lucy Montagu Douglas married Cospatrick Alexander Home the 11th Earl of Home.

The Douglas-Home family has not only served Scotland, and their local communities of Douglas and Coldstream, but the Nation as well, with Sir Alec Douglas-Home (14th Earl of Home) serving as Prime Minister in 1963.

Noter:
Home is pronounced Hewm.

Errors and Omissions

The Forum

What's new?

We are looking for your help to improve the accuracy of The Douglas Archives.

If you spot errors, or omissions, then please do let us know

Contributions

Many articles are stubs which would benefit from re-writing. Can you help?

Copyright

You are not authorized to add this page or any images from this page to Ancestry.com (or its subsidiaries) or other fee-paying sites without our express permission and then, if given, only by including our copyright and a URL link to the web site.

If you have met a brick wall with your research, then posting a notice in the Douglas Archives Forum may be the answer. Or, it may help you find the answer!

You may also be able to help others answer their queries.

2 Minute Survey

To provide feedback on the website, please take a couple of minutes to complete our survey.

We try to keep everyone up to date with new entries, via our What's New section on the home page.

We also use the Community Network to keep researchers abreast of developments in the Douglas Archives.

Help with costs

Maintaining the three sections of the site has its costs. Any contribution the defray them is very welcome
Faire un don

Newsletter

If you would like to receive a very occasional newsletter - Sign up!

The content of this website is a collection of materials gathered from a variety of sources, some of it unedited.

The webmaster does not intend to claim authorship, but gives credit to the originators for their work.

As work progresses, some of the content may be re-written and presented in a unique format, to which we would then be able to claim ownership.


Alec Douglas-Home

Alexander Frederick Douglas-Home, Baron Home o the Hirsel KT PC ( / ˈ h juː m / 2 Julie 1903 – 9 October 1995) wis a Breetish Conservative politeecian that served as Prime Meenister frae October 1963 tae October 1964. He is notable for bein the maist recent Prime Meenister tae haud office while bein a member o the Hoose o Lairds, afore renouncin his peerage an takkin up a seat in the Hoose o Commons for the remainder o his premiership. His reputation, houiver, rests mair on his twa spells as Breetain's furrin secretar nor on his brief premiership.

Within sax years o first enterin the Hoose o Commons in 1931, Douglas-Home (then cried bi the coortesy teetle Laird Dunglass) becam pairlamentar aide tae Neville Chamberlain, witnessin at first haund Chamberlain's efforts as Prime Meenister tae preserve peace throu appeasement in the twa years afore the ootbreak o the Seicont Warld War. In 1940, he wis diagnosed wi spinal tuberculosis an wis immobilised for twa years. Bi the later stages o the war he haed rekivered eneuch tae resume his poleetical career, but lost his seat in the general election o 1945. He regained it in 1950, but the follaein year he left the Commons whan, on the daith o his faither, he inheritit the yerldom o Home an tharebi becam a member o the Hoose o Lairds as the 14t Yerl o Home. Unner the premierships o Winston Churchill, Sir Anthony Eden an Harold Macmillan he wis appyntit tae a series o increasinly senior posts, includin Leader o the Hoose o Lairds an Furrin Secretar. In the latter post, that he held frae 1960 tae 1963, he supportit Unitit States resolve in the Cuban Missile Crisis an wis the Unitit Kinrick's seegnatory o the Piartial Nuclear Test Ban Treaty in August 1963.

In October 1963, Macmillan wis takken ill an resigned as Prime Meenister. Laird Home wis chuisen tae succeed him. Bi the 1960s it wis unacceptable for a Prime Meenister tae sit in the Hoose o Lairds, an Home renoonced his yerldom an successfully stuid for election tae the Hoose o Commons as Sir Alec Douglas-Home. The manner o his appyntment wis controversial, an twa o Macmillan's cabinet meenisters refuised tae tak office unner him. He wis creeticised bi the Labour Pairty as an aristocrat, oot o titch wi the problems o ordinar faimilies, an he cam ower stiffly in telly interviews, bi contrast wi the Labour leader, Harold Wilson. As Prime Meenister, Douglas-Home's demeanor an appearance remeened aristocratic an auld-fashioned. His unnerstaundin o economics wis primitive, an he gae his Chancellor, Reginald Maudling, free rein tae haundle financial affairs. Douglas-Home enjoyed dealin wi furrin policy, but thare war na major creeses or issues tae resolve. His Furrin Meenister, Rab Butler, wis nae especially energetic. Breetain's application tae jyne Europe haed awreidy been vetoed bi De Gaulle, the Cuban missile crisis haed been resolved, an Berlin wis again on the back birner. Decolonisation issues war lairgely routine, an the Rhodesie an Sooth African creeses lay in the futur. The Conservative Pairty, in office syne 1951, haed lost staundin as a result o the Profumo affair, a sexual scandal involvin a defence meenister in 1963, an at the time o Laird Home's appointment as Prime Meenister seemed heidit for hivy electoral defeat. Home's premiership wis the seicont briefest o the twentiet century, lastin twa days short o a year. Amang the legislation passed unner his govrenment wis the aboleetion o resale price maintenance, bringin costs doun for the consumer against the interests o producers o fuid an ither commodities.

Efter narrae defeat in the general election o 1964, Douglas-Home resigned the leadership o his pairty, haein instituted a new an less saicretive method o electin the pairty leader. Frae 1970 tae 1974 he served in the cabinet o Edward Heath as Secretar o State at the Furrin an Commonweel Office, an expandit version o the post o Furrin Secretar, that he haed held earlier. Efter the defeat o the Heath govrenment in 1974 he returned tae the Hoose o Lairds as a life peer an retired frae front-line politics.


Alec Douglas Home 1963-1964

So, Alec Douglas-Home (pronounced ‘Hume’) can be summarised as a pretty boring, ineffective Prime Minister I know that we usually make a judgement at the end of a post but it can definitely be said that he wasn’t particularly significant. Formally a Sir, he gave up his Lordship to become PM as Macmillan’s successor. However, many members of the Conservative party did not see him as a worthy successor to Macmillan and believed that he was incompetent and even more Out of Touch than Macmillan was (he practically was the Establishment), Home spent more time tending to his roses than leading the country, he led from behind, allowing his MPs to do his work for him.

In truth, Home never really had a chance to show his worth, he doesn’t really have any positive points that suggest that he was a very effective leader. However, he lost the 1964 election to Harold Wilson (Labour) which suggests that he wasn’t effective. Also, due to his Lordship, he was seen as part of the Establishment (You remember, right? That group of wrinkly, old, middle class, aristocratic men?) well, he was seen as Out of Touch so the public felt as though he couldn’t relate with them very well. This meant that he wasn’t effective as he couldn’t connect with the public. Due to these reasons, we can deem that his leadership wasn’t particularly effective. All of the Conservative PMs can be deemed as relatively ineffective during this period as we’ve said, I guess it could be argued that Rab Butler was to be the best of the Conservatives, but he was never the leader.

I hope this post was interesting for you, I’m sorry it was short but there isn’t much to be written about him! Now, the next post will be discussing the Economic situation during the period 1954 to 1964, how interesting…Stay tuned!


Voir la vidéo: CAN 072 BRITISH PRIME MINISTER ALEC DOUGLAS HOME GIVES INTERVIEW (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Vasile

    Je voudrais vous encourager à visiter le site, avec un grand nombre d'articles sur le sujet qui vous intéresse. Peut rechercher un lien.

  2. Dutaur

    Certainement. Je me suis joint à tous ci-dessus.



Écrire un message