Informations

Cardinal AM-6 - Histoire

Cardinal AM-6 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cardinal I
Un roselin huppé largement connu dans l'est des États-Unis.

(AM-6 : dp. 950 ; 1. 187'10" b. 35'6", dr. 9'9", art. 14 k.
cpl. 78 ; une. 2 3'; cl. Vanneau)

Cardinal (AM-6) a été lancé le 29 mars 1918 par Staten Island Shipbuilding Co., New York; parrainé par Mlle I. Nelson ; et commandé le 23 août 1918, lieutenant (grade junior) N. Drake dans la commande.

Le Cardinal a servi dans le 3e district naval, balayant les eaux au large de New York et servant de bateau-phare temporaire jusqu'au 3 août 1919, date à laquelle il a navigué pour rejoindre la flotte du Pacifique. Pendant les 3 années suivantes, elle a navigué de San Diego et de San Pedro, transportant des fournitures, des provisions et des passagers le long de la côte californienne, et remorquant des briquets, des cibles et des navires handicapés.

Du 8 février 1923 au 16 avril, le Cardinal a navigué jusqu'au canal de Panama pour fournir des services de remorqueurs pendant les exercices de combat de la flotte. Elle est revenue à San Pedro pour se préparer au devoir dans les eaux d'Alaska et le 23 mai a navigué pour Port Angeles, Washington, où elle a appelé du 30 mai au 1er juin. Pendant qu'il se dirigeait vers Dutch Harbor le 6 juin, il s'échoua sur un récif au large de la côte est de l'île Chirikof et de fortes inondations commencèrent immédiatement. Certains de ses hommes ont été débarqués sur l'île, où ils ont ensuite été emmenés par un navire Coast and Geodetic Survey. Les autres ont été sauvés du cardinal June battu par Cuyama (AO-3), qui a également emporté du matériel récupérable et des magasins.


Magazine des cardinaux

Depuis 1992, des générations de fans des Cardinals se sont tournées vers Cardinals Magazine pour exclusif couverture, incomparable variété et la définitive regarder le présent, le passé et l'avenir de leur équipe favorite. Rejoignez la légion d'abonnés dans 50 États et six pays qui se tournent vers Cardinals Magazine pour la meilleure couverture de tout ce qui est cardinal.

Cet été, profitez de trois fabuleux incentives avec votre abonnement :

  • Inscrivez-vous pour un abonnement de deux ans et nous vous enverrons le meilleur t-shirt du baseball - un « T » hommage super doux célébrant les légendes des Cardinals Lou Brock et Bob Gibson !*
  • Achetez un abonnement d'un an et recevez un bon pour deux billets pour un match à domicile des Cardinals en 2021 ou 2022.**
  • Devenez abonné pendant deux ans et recevez deux bons pour deux billets chacun.

Votre abonnement commencera avec notre dernier numéro affiché ici.

Les abonnés à Cardinals Magazine bénéficient également de plusieurs avantages supplémentaires :

  • Une remise de 25 % (plus la livraison GRATUITE) sur l'Annuaire des Cardinals 2021 – à venir en juillet !
  • Entrée automatique dans notre programme étendu de récompenses pour les abonnés, offrant plus de chances de gagner des prix fantastiques comme des souvenirs dédicacés, des cadeaux promotionnels premium (pensez aux répliques de maillots, figurines et bagues répliques), des bons de billets et bien plus encore !
  • Accès à des offres exclusives de courrier électronique et de cartes postales réservées aux abonnés tout au long de l'année.

COMMANDER: Cliquez sur les boutons verts ici, appelez le 314.345.9000, ou téléchargez et envoyez ce BON DE COMMANDE.

LETTRE CADEAU : CLIQUEZ ICI pour télécharger un PDF.

COLLECTION VINTAGE : Explorez notre bibliothèque d'éditions passées remontant à 1992 ! CLIQUEZ ICI

SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER: Trouve nous @CartesMagazine pour recevoir les dernières nouvelles, des informations uniques, des offres spéciales et bien plus encore tout au long de l'année !

DES QUESTIONS: Vérifiez FAQ ou envoyer un e-mail à [e-mail protégé]

*Les t-shirts commenceront à être expédiés au début de l'été. Disponible en quatre tailles, les options moyennes, grandes, XL et XXL sont affichées sur l'écran de commande.


Historique des missions


La mission dans les années 1800


La Basilique de la Mission aujourd'hui

Un point d'intérêt de la mission se trouve derrière le bâtiment de la mission lui-même. Trois Padres y sont enterrés : Padre Vicente de Santa Maria, décédé le 16 juillet 1806 Padre Jose Senan, décédé le 25 août 1823 et Padre Francisco Suner, décédé le 17 janvier 1831.

Plus d'informations sur la mission à acheter sont disponibles dans notre boutique de cadeaux de la mission aux peuples autochtones.

La fondation de la Mission San Buenaventura remonte à la décision du dimanche des Rameaux, le 30 mars 1749, du prêtre franciscain Junipero Serra de se rendre dans le Nouveau Monde en tant que missionnaire auprès des peuples autochtones. (Padre Serra a été canonisé saint par le pape François le 23 septembre 2015.)

Trente-trois ans et un jour plus tard, Saint Junipero Serra a élevé la Croix à "la playa de la canal de Santa Barbara" (la plage du canal de Santa Barbara) le matin de Pâques, le 31 mars 1782. Assisté de Padre Pedro Benito Cambon, il célébra une grand-messe, prêcha la résurrection et dédia une mission à San Buenaventura (Saint Bonaventure). Elle avait été conçue comme la troisième de la chaîne des vingt et une Missions fondées par Padre Serra, mais était destinée à être la neuvième et dernière fondée de son vivant, et l'une des six qu'il a personnellement consacrées.

Sous la direction de Padre Cambon, que Saint Junipero Serra a laissé en charge de la nouvelle Mission, un système d'aqueducs a été construit par les Amérindiens, le Premier Peuple de la Terre, connu sous le nom de Chumash entre 1805-1815 pour répondre aux besoins de la population de la Mission et se composait à la fois de fossés et de maçonnerie surélevée en pierre. Le cours d'eau partait d'un point sur la rivière Ventura à environ ½ mile au nord des ruines restantes et transportait l'eau vers des réservoirs de rétention derrière la mission de San Buenaventura, sur un total d'environ 7 miles (11 km). Avec de l'eau en abondance, la mission a pu entretenir des vergers et des jardins florissants, décrits par le navigateur anglais George Vancouver comme les plus beaux qu'il ait jamais vus. L'ensemble du système de distribution d'eau a été détruit par les inondations et abandonné en 1862.

La première église de la Mission a été détruite par un incendie. La construction d'une seconde église a été abandonnée car "la porte a cédé". En 1792, des travaux étaient en cours sur l'église actuelle et les petits bâtiments utilitaires qui (avec l'église) formaient un quadrilatère entourant une place. Bien qu'à moitié achevée en 1795, l'église n'a été achevée qu'en 1809. La consécration a eu lieu le 9 septembre de la même année et les premiers services liturgiques ont eu lieu le 10 septembre. À cette époque, la chapelle San Miguel (à l'angle actuel du boulevard Thompson et de la rue Palm) et la chapelle Santa Gertrudis (autoroute 33 près de Foster Park) ont été achevées.

Une série de tremblements de terre et un raz de marée en 1812 ont forcé les aumôniers et les néophytes indiens à chercher un abri temporaire à quelques kilomètres à l'intérieur des terres. Six ans plus tard, les aumôniers et leurs ouailles durent retirer les objets sacrés de l'église et s'enfuir dans les collines pour échapper à un pirate qui pillait les Missions mais qui heureusement s'enfuit après une "séance de marchandage" à El Refugio à Santa Barbara.

Le gouvernement mexicain en 1833 a publié un décret de sécularisation privant les aumôniers du contrôle administratif sur les missions. En 1845, la mission de San Buenaventura a été louée à Don Jose De Arnaz et Narciso Botello et a ensuite été illégalement vendue à Don Jose De Arnz. Après que la Californie soit devenue un État de l'Union, l'évêque Joseph Sadoc Alemany a demandé au gouvernement des États-Unis de restituer à l'Église catholique la partie des biens de la mission comprenant l'église, la résidence du clergé, le cimetière, le verger et le vignoble. La demande a été accordée sous la forme d'une proclamation par le président Abraham Lincoln le 23 mai 1862.

En raison des graves dommages causés par le tremblement de terre en 1857, le toit de tuiles de la mission a été remplacé par un toit de bardeaux. En 1893, le père Cyprian Rubio a « modernisé » l'intérieur de l'église, repeignant l'œuvre d'art originale lorsqu'il a terminé, peu de l'ancienne église n'a été touchée. Les fenêtres ont été allongées avec cinq vitraux de 4'x12', le plafond aux poutres et le carrelage ont été recouverts et les restes du quadrilatère ont été rasés. La sacristie ouest fut supprimée pour faire place à une école, qui ne fut réellement construite qu'en 1921. Sous le pastorat du Père Patrick Grogan, le toit de l'église fut à nouveau carrelé, le couvent et l'actuel presbytère furent construits, et une nouvelle fontaine fut placé dans le jardin.

L'éducation des enfants de la mission San Buenaventura a prospéré par intermittence depuis 1829 (pendant la domination mexicaine) et de manière continue depuis le 5 septembre 1922. À l'origine une structure de quatre classes, l'école Holy Cross a admirablement servi ses élèves et la paroisse depuis son inauguration en 1922. En 1925, il a été agrandi pour accueillir la croissance et en 1949, une rénovation ultérieure l'a amené à la rue principale (El Camino Real) sans espace laissé pour une nouvelle expansion.

Lors d'une restauration majeure sous la supervision du père Aubrey J. O'Reilly en 1956-1957, les vitraux ont été enlevés et les fenêtres ont été reconstruites à leur taille d'origine. Le plafond et le sol ont été découverts. Un paroissien de longue date a commandé le moulage d'une cloche avec un dispositif d'angélus automatique et l'a donnée à la Mission qu'elle accroche dans le clocher au-dessus des quatre anciennes cloches à main.

La seconde moitié du vingtième siècle a apporté plus de croissance, ainsi que l'usure et l'obsolescence, et les problèmes de l'école dépassent de loin le manque d'espace. En réponse à cette situation, la paroisse de la mission de San Buenaventura, sous la direction de Monseigneur Patrick J. O'Brien, a formé un comité de planification et de développement composé de paroissiens, de professeurs, de personnel paroissial et de parents, et en juin 1994 a embauché l'entreprise du centre-ville de MainStreet Architects and Planners pour préparer un plan directeur conceptuel du site pour les propriétés de la mission, incorporant la conception d'une nouvelle école et d'un bâtiment polyvalent adjacent qui servirait à la fois à l'école et à la paroisse. Ce plan a également nécessité la déconstruction du couvent et les deux sœurs de Sainte-Croix restantes ont déménagé dans le plus grand couvent Sainte-Catherine-by-the-Sea, à une courte distance de la mission.

Le toit entier de l'église a été enlevé et remplacé en 1976. En décembre de la même année, l'église a été solennellement consacrée par le cardinal Timothy Manning. En 1982, la Mission a célébré son bicentenaire. Un nouveau bâtiment scolaire de trois étages, avec pré-maternelle, jardin d'enfants et niveaux 1-8 situé au pied de la colline derrière la mission a été inauguré en janvier 2001. L'école abrite également la chapelle Serra pour l'adoration eucharistique, des salles de classe pour adultes, un cuisine paroissiale/scolaire, et une grande salle de réunion utilisée comme auditorium de l'école et pour les grands rassemblements paroissiaux et une messe dominicale. La salle de réunion a été nommée en l'honneur de Mgr Patrick O'Brien qui a été le curé de l'église pendant 25 ans jusqu'à sa mort subite en 2005. La mission a célébré son 225e anniversaire avec une série d'événements et d'activités d'un an en 2006-2007.

Aujourd'hui, il ne reste de la Mission originelle que l'église et son jardin. Un petit musée se trouve à la Mission avec des expositions d'artefacts indiens Chumash et d'objets de l'époque de la mission. L'Église reste une paroisse catholique active au service d'environ 1200 familles. Le 9 juin 2020, le pape François a élevé la Mission au rang de basilique mineure, la première basilique de l'archidiocèse de Los Angeles (comtés de Los Angeles, Ventura et Santa Barbara). La messe et les sacrements sont célébrés dans l'église paroissiale. Le curé actuel est le Père Tom Elewaut, qui sert depuis 2011.


Justice : la deuxième vertu cardinale

La justice, selon saint Thomas, est la deuxième vertu cardinale, car elle concerne la volonté. Comme le P. John A. Hardon note dans son Dictionnaire catholique moderne, c'est « la détermination constante et permanente de donner à chacun ce qui lui revient. Nous disons que « la justice est aveugle », car peu importe ce que nous pensons d'une personne en particulier. Si nous lui devons une dette, nous devons rembourser exactement ce que nous devons.

La justice est liée à l'idée de droits. Alors que nous utilisons souvent la justice dans un sens négatif (« Il a obtenu ce qu'il méritait »), la justice au sens propre est positive. L'injustice se produit lorsque nous, en tant qu'individus ou par la loi, privons quelqu'un de ce qui lui est dû. Les droits légaux ne peuvent jamais l'emporter sur les droits naturels.


LES ANNÉES 40

Le système agricole encore tant vanté de Rickey est devenu le meilleur ami des cardinaux lorsque la Seconde Guerre mondiale a éclaté, capable de nourrir l'équipe avec une bonne réserve de talents tandis que d'autres équipes ont eu du mal à remplacer les joueurs de tous les jours qui sont partis pour servir l'effort de guerre en conséquence, St Louis a remporté trois fanions consécutifs (et deux championnats) entre 1942 et 1944 tout en remportant au moins 105 matchs par an. Ils sont restés forts après la guerre, remportant un autre titre mondial en 1946 derrière le voltigeur agressif Enos Slaughter et le brillant frappeur vedette Stan Musial, qui est devenu le meilleur joueur de la NL de la décennie.


Sur

Le parcours de golf Cardinal offre un test équitable aux golfeurs de tous niveaux avec ses deux lacs et ses criques sinueuses qui ajoutent à la fois beauté et défis au parcours. En tant que l'un des 15 terrains de golf McConnell de la région, vous remarquerez la pure expérience du golf dans l'état des greens et l'attention portée aux détails par le personnel. Les membres et les non-membres ont la possibilité de jouer sur le parcours par 70 qui a été repensé en 2007. Selon le légendaire architecte Pete Dye, son 12e trou est le par 3 le plus difficile qu'il ait jamais conçu.

À propos de McConnell Golf

McConnell Golf, fondée en 2003, est actuellement le plus important propriétaire de clubs privés de la région. L'écurie de clubs privés de premier plan de McConnell Golf (comprenant des parcours de golf privés de 12 à 18 trous, un parcours semi-privé et un parcours de neuf trous) en Caroline du Nord, en Caroline du Sud et au Tennessee comprend le Raleigh Country Club à Raleigh, en Caroline du Nord, le Sedgefield Country Club et The Cardinal de Pete Dye à Greensboro, NC, The Country Club at Wakefield Plantation à Raleigh, NC, Old North State Club à New London, NC, Treyburn Country Club à Durham, NC, The Reserve Golf Club à Pawleys Island, SC, Musgrove Mill Golf Club à Clinton, SC, Brook Valley Country Club à Greenville, NC, Porters Neck Country Club à Wilmington, NC, The Country Club of Asheville à Asheville, NC, Providence Country Club à Charlotte, NC, Holston Hills Country Club à Knoxville, Tennessee et The Water’s Edge Country Club à Penhook, V.A., et McConnell Golf gère également les prestigieux membres de Grande Dunes et Ocean Club à Myrtle Beach pour les communautés de pleine propriété.

Old North State Realty a rejoint l'offre McConnell Golf en 2016 et est fier d'offrir des valeurs immobilières imbattables à la luxueuse communauté au bord du lac. Niché dans les contreforts de la forêt nationale d'Uwharrie, l'un des terrains de golf les mieux classés de Caroline du Nord (Old North State Club) se trouve aux portes d'Uwharrie Point. Avec des activités de plein air illimitées au club, sur l'eau ou le long des sentiers, l'exploration n'a jamais été aussi belle.

Plus récemment, McConnell Golf a signé un bail de 10 ans avec la Raleigh Golf Association (RGA) pour gérer son installation publique de 27 trous. Fondé en 1929, RGA est le deuxième plus ancien parcours de golf de la région de Raleigh et tout aussi populaire parmi les golfeurs seniors, féminins et juniors. Commente John McConnell : « Cela donne (McConnell Golf) une excellente occasion d'aider à développer le jeu de golf pour ceux qui ne sont peut-être pas membres du club ou qui n'ont pas un terrain de golf régulier à jouer.”

Les valeurs de McConnell Golf se reflètent dans les communautés que nous construisons à l'intérieur et à l'extérieur des murs du club. Les programmes Footprints on the Green et McConnell Scholars sont d'excellents exemples de notre engagement envers l'avenir du golf.


Contenu

Avant les cardinaux (1875-1881) Modifier

Le baseball professionnel a commencé à St. Louis avec la création du Bas Marron dans l'Association nationale (NA) en 1875. La NA s'est repliée après cette saison, et la saison suivante, St. Louis a rejoint la Ligue nationale en tant que membre fondateur, terminant à la troisième place à 45-19. George Bradley a lancé le premier coup sûr de l'histoire de la Major League. La NL a expulsé St. Louis de la ligue après 1877 en raison d'un scandale de trucage du match et l'équipe a fait faillite. [14] Sans ligue, ils ont continué à jouer en tant qu'équipe semi-professionnelle de barnstorming jusqu'en 1881.

L'ampleur des réorganisations, après les saisons 1877 et 1881, est telle que les équipes des Brown Stockings 1875-1877 et 1878-1881 ne sont généralement pas considérées comme partageant la continuité en tant que franchise avec les Cardinals de Saint-Louis actuels. [15] [16]

Association américaine et premières époques de la Ligue nationale (1882-1919) Modifier

Pour la saison 1882, Chris von der Ahe achète l'équipe, la réorganise et en fait un membre fondateur de l'American Association (AA), une ligue rivale avec la NL. [17] 1882 est généralement considéré comme la première année d'existence de la franchise qui deviendra plus tard connue sous le nom de Cardinals de Saint-Louis. [15] [16] [18] [c]

La saison suivante, St. Louis raccourcit son nom en bruns. Peu de temps après, ils sont devenus l'équipe dominante de l'AA, alors que le manager Charlie Comiskey a guidé St. Louis à quatre fanions d'affilée de 1885 à 1888. [4] [21] Le lanceur et voltigeur Bob Caruthers a mené la ligue en ERA (2,07) et remporte (40) en 1885 et a terminé dans les six premiers dans chacune des deux saisons suivantes. Il a également mené l'AA en OBP (.448) et OPS (.974) en 1886 et a terminé quatrième en moyenne au bâton en 1886 (.334) et cinquième en 1887 (.357). [22] Le voltigeur Tip O'Neill a remporté la première triple couronne au bâton dans l'histoire de la franchise en 1887 et la seule dans l'histoire des AA. [23] [24] [25] En gagnant le fanion, les Browns ont joué le gagnant du fanion NL dans un prédécesseur de la Série mondiale. Les Browns ont rencontré à deux reprises les Chicago White Stockings – le les louveteaux de Chicago prototype - lier l'un dans un conflit houleux et gagner l'autre, stimulant ainsi la vigoureuse rivalité Saint-Louis-Chicago qui s'ensuit à ce jour. [26] Au cours des dix saisons de la franchise dans l'AA, ils ont compilé un record de tous les temps en championnat de 780 victoires et un pourcentage de victoires de 0,639. Ils n'ont perdu que 432 matchs et en ont égalé 21 autres. [4]

L'AA a fait faillite après la saison 1891 et les Browns ont été transférés dans la Ligue nationale. Cette fois, le club est entré dans une ère de pure futilité. Entre 1892 et 1919, St. Louis n'a réussi que cinq saisons gagnantes, a terminé à la dernière ou à l'avant-dernière place seize fois et a terminé quatre saisons avec 100 défaites ou plus. Le nadir était la saison 1897 : un record de 29 à 102 pour un pourcentage de victoires de 0,221, le pire de la franchise. [4] St. Louis a terminé 84-67 en tant que Perfecto en 1899 serait le meilleur résultat de l'équipe entre l'ère AA et l'achat de l'équipe par Sam Breadon. [19] [27] En tant que "Perfectos", l'équipe portait son maillot avec une bordure rouge cardinale et des rayures de chaussettes. [19] Plus tard cette saison, République de Saint-Louis Le journaliste sportif Willie McHale a inclus un récit dans une colonne d'une fan féminine qu'il a entendue dire à propos des uniformes, "Quelle belle nuance de cardinal." Les fans ont aimé le surnom de "Cardinaux" et, l'année suivante en 1900, la popularité du surnom a induit un changement officiel en Cardinaux. [19] [27] [28] [29]

En 1902, une équipe de la Ligue américaine a déménagé de Milwaukee à St. Louis, s'est rebaptisée St. Louis Browns et a construit un nouveau parc sur le site de l'ancien stade des Cardinals, provoquant une rivalité qui a duré cinq décennies. [30] Breadon a acheté une participation minoritaire dans les cardinaux en 1917 et en 1919 le directeur de Browns Branch Rickey a rejoint les cardinaux. [31] [32] Les 28 premières saisons des Cardinals dans la NL ont été un renversement complet de leur séjour dans l'AA – avec un pourcentage de victoires de 0,406, ils ont compilé 1 632 victoires, 2 425 défaites et 74 matchs nuls. [4]

L'ère Breadon (1920-1952) Modifier

Le baseball de St. Louis a commencé une renaissance : depuis 1926, les Cardinals ont remporté onze World Series et dix-neuf fanions de la NL. [4] Breadon a stimulé ce renouveau lorsqu'il a racheté la participation majoritaire en 1920 et a nommé Rickey comme directeur commercial, qui a élargi le dépistage, le développement des joueurs et a lancé le système agricole des ligues mineures, remplissant le rôle de directeur général d'aujourd'hui. [33] Avec Rogers Hornsby à la deuxième base, il a réclamé des Triples Couronnes en 1922 et 1925 et les Cardinaux ont remporté la Série mondiale de 1926, leur première. [25] [34] Saint-Louis a ensuite remporté la ligue en 1928, 1930 et 1931 et la Série mondiale de 1931. [19]

L'édition Gashouse Gang a revendiqué la Série mondiale de 1934 [19] et les cardinaux ont amassé de nouveaux seuils de popularité bien en dehors de Saint-Louis via la radio, ce qui a conduit à l'invention du terme « nation cardinale ». [35] Dizzy Dean a dirigé le Gang, remportant le MVP de 1934 et menant la NL plusieurs fois en victoires, retraits au bâton, manches, jeux complets et blanchissages. [36] Johnny Mize et Joe Medwick ont ​​émergé comme deux menaces de pouvoir, Medwick réclamant la dernière Triple Couronne pour un Cardinal en 1937. [25] [19] [37] [38] [39]

Dans les années 1940, un âge d'or émerge alors que le système agricole de Rickey se charge de talents tels que Marty Marion, [40] Enos Slaughter, [41] Mort Cooper, [42] Walker Cooper, [43] Stan Musial, [44] Max Lanier , [45] Whitey Kurowski, [46] Red Schoendienst [47] et Johnny Beazley. [48] ​​Ce fut l'une des décennies les plus réussies de l'histoire de la franchise avec 960 victoires et 580 défaites pour un pourcentage de victoires supérieur à celui de toute autre équipe de la Major League à 0,623. [49] Avec la gestion de Billy Southworth, ils ont remporté les World Series en 1942 et 1944 (dans la seule série tout St. Louis contre les Browns), et ont remporté 105 matchs ou plus chacun en 1942, 1943 et 1944. [4] Le pourcentage de victoires managériales de Southworth (.642) est le plus élevé de St. Louis depuis que la franchise a rejoint la Ligue nationale. [50] [51] Musial était considéré comme le frappeur le plus constant de son époque et le plus accompli dans l'histoire de l'équipe, remportant trois MVP et sept titres au bâton. [44] [52] St. Louis a ensuite remporté les World Series 1946 sur Slaughter's Mad Dash dans le jeu 7. [53] Breadon a été contraint de vendre l'équipe en 1947 mais a remporté six World Series et neuf fanions NL en tant que propriétaire des cardinaux. [19] Ils sont restés compétitifs, terminant .500 ou mieux au cours de treize des dix-sept saisons suivantes, mais n'ont pas réussi à remporter la ligue ou les World Series jusqu'en 1964. [4]

Époque Gussie Busch (1953-1989) Modifier

En 1953, la brasserie Anheuser-Busch a acheté les Cardinals et August « Gussie » Busch est devenu président de l'équipe, [55] stimulant le départ des Browns en 1953 à Baltimore pour devenir les Orioles, et faisant des Cardinals le seul club de ligue majeure de la ville. [56] Plus de succès a suivi dans les années 1960, en commençant par ce qui est considéré comme l'un des métiers les plus déséquilibrés de l'histoire de la Ligue majeure, alors que Saint-Louis a reçu le voltigeur Lou Brock des Cubs pour le lanceur Ernie Broglio. [57] Le joueur de troisième but du MVP Ken Boyer et le lanceur Bob Gibson ont mené le club à une victoire aux Séries mondiales la même année [58] et Curt Flood, Bill White, Curt Simmons et Steve Carlton ont également apporté des contributions clés au cours de cette décennie. [59] [60] [61] [62] En 1967, le nouvel arrivant Orlando Cepeda a gagné le MVP, en aidant à propulser St Louis aux Séries Mondiales. [63] [64] Les cardinaux ont remporté la ligue l'année suivante derrière leur ÈRE de 2,49 membres de la Ligue majeure [65] dans ce qui était une saison record de dominance de tangage. En affichant une ERA basse record moderne de 1,12 et en éliminant un record de 17 pour les World Series, [66] Gibson a remporté à la fois les prix MVP et Cy Young cette année-là. [67] Cependant, les Cardinals n'ont pas réussi à se répéter en tant que champions des Séries mondiales, donnant une avance de 3-1 aux outsiders de Detroit Tigers.

Dans les années 1970, le receveur / joueur de troisième but Joe Torre et le joueur de premier but Keith Hernández ont chacun remporté des MVP, mais les meilleurs résultats de l'équipe étaient la deuxième place et 90 victoires. [19] [68] [69] L'équipe a retrouvé son chemin vers les World Series la décennie suivante, en commençant par le manager Whitey Herzog et son style de jeu Whiteyball et un autre métier qui a modifié le cours de la franchise : en 1982, l'arrêt-court Garry Templeton a été expédié aux Padres pour l'arrêt-court Ozzie Smith. [70] [71] Largement considéré comme l'un des meilleurs joueurs défensifs de l'histoire, Smith se classe premier de tous les temps parmi les arrêts-courts des Gold Glove Awards (13), des matchs des étoiles (15), des passes (8 375) et des doubles jeux (1 590). [72] [73] St. Louis a remporté les World Series 1982 des Milwaukee Brewers qui tombent. [74] [75] Les Cardinals ont de nouveau remporté la ligue en 1985 et 1987. [76] Dans la série 1985, ils ont affronté pour la première fois les Royals de Kansas City dans un match sans exposition, mais ils a perdu la série après un appel controversé dans le match 6 [77] la série de 1987 les a vus affronter les Twins du Minnesota, mais n'a pu gagner que leurs trois matchs joués à domicile dans la série de sept matchs.

L'ère Bill DeWitt (1996-présent) Modifier

Après la mort de Gussie Busch en 1989, [79] la brasserie a pris le contrôle [80] et a embauché Joe Torre pour gérer fin 1990, [81] puis a vendu l'équipe à un groupe d'investissement dirigé par William DeWitt, Jr. en 1996. [82 ] Tony La Russa a remplacé Torre au printemps 1996. [83] En 1998, Mark McGwire a rivalisé avec Sammy Sosa des Cubs pour un barrage de home runs dans leur poursuite du record de home run d'une seule saison. [84] De 2000 à 2013, les Cardinals ont rétabli leur chemin vers le sommet avec dix apparitions en séries éliminatoires, quatre fanions de la Ligue nationale, deux titres de la Série mondiale et 1 274 victoires en saison régulière contre 993 défaites pour un pourcentage de victoires de 0,560, menant la Ligue nationale et deuxième en MLB uniquement aux Yankees de New York. [85] Avec l'ajout de Jim Edmonds, Albert Pujols et Scott Rolen, les Cardinals ont présenté trois cogneurs et défenseurs éminents surnommés "MV3" [86] Pujols a remporté trois MVP et a atteint 0,328 avec 445 circuits dans sa carrière de Cardinals. [87] En 2004, la MPM de 3,09 et 15 victoires du pilier Chris Carpenter en séries éliminatoires [78] a aidé l'équipe à obtenir les 105 meilleures victoires des ligues majeures et à prendre le fanion NL. [88] En 2006, assaillis de blessures et d'incohérences, [89] ils ont remporté les Séries mondiales, battant Détroit en cinq matchs pour établir un record de 83 victoires pour un vainqueur des Séries mondiales. [90] [19] [91]

En 2009, les Cardinals ont atteint 10 000 victoires, datant de la première fois où ils ont joué dans l'American Association (AA). [d] [92] [93] St. Louis est revenu aux séries éliminatoires en 2011, en surmontant d'abord le plus grand déficit de matchs gagnés après 130 matchs (à 10,5) pour surpasser les Braves d'Atlanta le dernier jour pour la place en séries éliminatoires. [94] Dans le Jeu 3 des Séries mondiales, Pujols est devenu juste le troisième joueur à frapper trois circuits dans un jeu de Séries mondiales. [95] Dans le match 6, le joueur de troisième but David Freese et le voltigeur Lance Berkman ont chacun égalé le score sur la frappe finale des Cardinals – le premier événement de ce type dans un match de l'histoire de la MLB – et St. Louis a battu les Rangers du Texas plus tard ce match avec un home run de Freese. [96] Après avoir remporté cette Série, La Russa a pris sa retraite et est devenu le seul manager à le faire après avoir remporté un titre. Il a également terminé avec le plus de victoires pour les managers dans l'histoire de la franchise avec 1 408. [97] [98]

Le successeur de La Russa, Mike Matheny, a contribué à prolonger la course aux séries éliminatoires de St. Louis en devenant le premier manager de l'ère des jeux de division à guider les Cardinals vers le NLCS et les séries éliminatoires au cours de ses deux premières saisons. [99] En 2014, les cardinaux ont prolongé leur séquence de NLCS à 4, avec leur victoire en série 3-1 sur les Dodgers, dans le NLDS. Dix jours après avoir été éliminé des séries éliminatoires par les Giants de San Francisco, le voltigeur recrue Oscar Taveras a été tué dans un accident de voiture alors qu'il se rendait dans sa ville natale de Puerto Plata en République dominicaine. [100] Le 17 novembre, ils ont acquis le voltigeur des Braves d'Atlanta Jason Heyward (qui venait de sortir d'une saison gagnante du Gant d'Or) pour remplacer Taveras. [101] Le 16 juin 2015, le FBI et le ministère de la Justice ont ouvert une enquête sur les cardinaux pour avoir éventuellement piraté les Astros de Houston. L'incident de piratage a été perpétré par le directeur du Scoutisme Chris Correa. [102] Pour la première fois depuis les saisons 2007-2008, les Cardinals ont raté les séries éliminatoires au cours des années consécutives, 2016-2017.

Le 14 juillet 2018, à la suite d'une défaite 8-2 contre les Reds de Cincinnati, les Cardinals de St. Louis ont annoncé qu'ils avaient licencié le manager Mike Matheny après 6 + 1 ⁄ 2 saisons. L'équipe a ensuite nommé Mike Shildt manager par intérim, et il a été nommé manager permanent un mois plus tard.

Le 19 novembre 2018, l'équipe a annoncé que les uniformes « Victory Blue », portés par les Cardinals à la fin des années 1970 et dans les années 1980, seraient de retour pour la saison 2019. Les uniformes, intégrant la couleur bleu poudré au design actuel du maillot "Samedi alternatif" de l'équipe, devaient être portés 13 fois sur la route au cours de la saison 2019. [103] Les Cardinals ont acquis Paul Goldschmidt dans le cadre d'un échange avec les Diamondbacks de l'Arizona le 5 décembre 2018. [104]

Les Cardinals jouent leurs matchs à domicile au Busch Stadium (également appelé Nouveau stade Busch ou Busch III) au centre-ville de St. Louis, à cheval sur la 7e et Clark près de l'intersection des autoroutes 64, 55 et 44. [105] Le stade a ouvert ses portes pour la saison 2006 à un coût de 411 millions de dollars et a une capacité normale de 46 861. [106] [107] Les Cardinaux ont terminé leur saison inaugurale dans le nouveau Busch Stadium en remportant la Série mondiale 2006, la première équipe depuis les Yankees de New York de 1923 à le faire. [108] Ce stade en plein air émule les parcs de baseball de style rétro conçus par HOK Sport (maintenant Populous) construits depuis les années 1990. [109] La perspective panoramique ouverte sur le mur du champ extérieur offre une vue remarquable sur les toits du centre-ville de Saint-Louis avec l'arche distinctive de la passerelle. [110] Une réplique du pont d'Eads enjambe l'entrée du parc du troisième côté de la base, tandis que la statue de Stan Musial se dresse devant cette entrée. [111] D'autres statues au coin de 8th et Clark incluent le Temple de la renommée Rogers Hornsby, Ozzie Smith, George Sisler, Cool Papa Bell, Bob Gibson, Jack Buck et d'autres. [112]

En raison de l'augmentation de la demande, le septième match des World Series 2011 a atteint un record de baseball de 47 399 en augmentant le nombre de billets réservés aux places debout. Le record de fréquentation pour tout événement sportif est de 48 263, lors d'un match amical de football (soccer) de l'association 2013 entre le Chelsea F.C. et Manchester City F.C., rendu possible par des sièges sur le terrain. [113] La plus grande participation (53 000) de tous les événements à Busch appartient à U2 lors d'un concert de leur tournée 360° en 2011. [114]

Ballpark Village, un développement à usage mixte situé en face de Clark Street du Busch Stadium, vise à améliorer l'expérience des amateurs de ballpark. [115] La phase 1 du développement, achevée pour le début de la saison 2014, comprend des lieux de divertissement, des restaurants et des commerces de détail. Ancré par Cardinals Nation (qui comprend le Cardinals Hall of Fame, un restaurant à deux étages sur le thème des Cardinals et des sièges sur le toit pour plus de 300 fans avec vue sur le terrain de l'autre côté de la rue), une brasserie Budweiser de 1 900 m² , FOX Sports Midwest en direct ! et PBR, le développement de la phase 1 de 100 millions de dollars de Ballpark Village est destiné à être un espace de rassemblement tout au long de l'année, pas seulement pendant la saison de baseball. [116]

Ballparks précédents Modifier

Le Busch Stadium est le quatrième stade des Cardinals et le troisième à porter ce nom. Le stade d'origine des Cardinals était Sportsman's Park de 1882 à 1892 lorsqu'ils jouaient dans l'American Association et étaient connus sous le nom de Browns. En 1893, les Browns ont déménagé dans un nouveau stade à cinq pâtés de maisons au nord-ouest de Sportsman's Park, qui leur servira de résidence de 1893 à 1920. Le nouveau parc s'appelait à l'origine New Sportsman's Park mais est devenu plus communément appelé Robison Field. [117] À mi-chemin de la saison 1920, les cardinaux ont abandonné Robison Field et sont retournés au Sportsman's Park d'origine et sont devenus les locataires de leurs rivaux de la Ligue américaine, les Browns de Saint-Louis. In 1953, the Anheuser-Busch Brewery purchased the Cardinals and the new owner subsequently also purchased Sportsman's Park from the Browns and renamed it Busch Stadium, later becoming Busch I. The Browns then left St. Louis for Baltimore after the season, becoming the Orioles. The Cardinals built Busch Memorial Stadium, or Busch II, in downtown St. Louis, opened it during the 1966 season and played there until 2005. [117] It was built as the multi-purpose stadium home of both the baseball Cardinals and the NFL football Cardinals, who are now the Arizona Cardinals the NFL's Rams also played the first four games of their home schedule upon their arrival in St. Louis in 1995. The current Busch Stadium was constructed adjacent to, and partly atop, the site of Busch Memorial Stadium.

Spring training Edit

The Cardinals home field in spring training is Roger Dean Stadium in Jupiter, Florida. They share the complex, which opened in 1998, with the Miami Marlins. Before moving to Jupiter, the Cardinals hosted spring training at Al Lang Field in St. Petersburg, Florida from 1937 to 1997.

Regular season home attendance Edit

The Cardinals have exceeded the attendance total of 3 million every season since 2004. Every season since 2013, the Cardinals have finished second among MLB franchises in home game attendance, surpassed only by the Los Angeles Dodgers each season.

The Cardinals have had few logos throughout their history, although those logos have evolved over time. The first logo associated with the Cardinals was an interlocking "SL" that appeared on the team's caps and or sleeves as early as 1900. Those early uniforms usually featured the name "St. Louis" on white home and gray road uniforms which both had cardinal red accents. In 1920, the "SL" largely disappeared from the team's uniforms, and for the next 20 years the team wore caps that were white with red striping and a red bill.

On November 16, 2012, the Cardinals unveiled a new alternate uniform to be worn at home games on Saturdays beginning with the 2013 season. [ besoin de mise à jour ] The modified jersey, cream-colored with red trim on the sleeves and down the front, was the first since 1932 in which "St. Louis" will be used instead of "Cardinals" and retained the "birds on the bat." [121] 2013 also saw the team adopt their red caps as their main cap for both home and away games for the first time since 1991 the navy cap was retained as an alternate, used mainly against other red-capped teams. Over the years, the Cardinals have released various marketing logos depicting anthropomorphized cardinals in a pitching stance, swinging a baseball bat, or wearing a baseball cap that never became part of the game uniform. [120]

Fans Edit

Mascots Edit

The team mascot is an anthropomorphic cardinal wearing the team's uniform named Fredbird. He is assisted by Team Fredbird, a group of eleven women who entertain fans from the field and on top of the dugouts.

While unofficial, the Rally Squirrel became an unexpected phenomenon during the 2011 postseason. Making its "debut" in Game 3 of the NLDS on Oct 4, a squirrel ran across home plate in the middle of a pitch from Roy Oswalt of the Phillies to the Cardinals' Skip Schumaker. The Cardinals would win Game 4 and subsequently Game 5 (October 7) in Philadelphia to advance to the NLCS, symbolizing the squirrel's "role" in the victory. The squirrel was popularized as "Buschie the Rally Squirrel" [124] As a tribute to the popularity of the squirrel, a small depiction of the Rally Squirrel is also included on the official World Series rings the team received. It shows up under the "STL" logo on the side of the ring.

Fredbird sparked controversy in May 2015, when he was asked by a fan for a photograph and handed him a sign that said "Police Lives Matter". The team later claimed that Fredbird should not be involved in any political activity or social commentary.

Rivalités Modifier

Chicago Cubs Edit

The Cardinals–Cubs rivalry refers to games between the Cardinals and the Chicago Cubs. The rivalry is also known as the Downstate Illinois rivalry ou la I-55 Series (in earlier years as the Route 66 Series) as both cities are located along Interstate 55 (which itself succeeded the famous U.S. Route 66). The Cubs lead the series 1,230–1,171, through September 2018, while the Cardinals lead in National League pennants with 19 against the Cubs' 17. The Cubs have won 11 of those pennants in Major League Baseball's Modern Era (1901–present), while all 19 of the Cardinals' pennants have been won since 1926. The Cardinals also have an edge when it comes to World Series successes, having won 11 championships to the Cubs' 3. Games featuring the Cardinals and Cubs see numerous visiting fans in either Busch Stadium in St. Louis or Wrigley Field in Chicago. [125] When the National League split into two and then three divisions, the Cardinals and Cubs remained together. This has added excitement to several pennant races over the years. The Cardinals and Cubs have played each other once in the postseason, 2015 National League Division Series, which the Cubs won 3–1.

Kansas City Royals Edit

The Cardinals have an interleague and intrastate rivalry with the Kansas City Royals, dubbed the "Show-Me Series" after the nickname of the team's home state, Missouri or the "I–70 Series" after the interstate highway that connects the cities. The teams first met in the 1985 World Series, which the Royals won 4–3, and which remains their only post-season meeting.

Since interleague play began in 1997, the Cardinals and Royals have met in four to six games each season, evenly split between the two cities. As of 2019, the Cardinals lead the overall series 63–46.

The rivalry heated up in 2015, when both teams held the best records in their respective leagues when they opened each of their two series. Had the Cardinals made it to the World Series, they would have faced the Royals in a rematch of 1985, who won the championship that year.

Ownership and valuation Edit

An investment group led by William DeWitt, Jr. owns the St. Louis Cardinals, having bought the team from Anheuser-Busch (AB) in 1996. [126] As with other periods of the Cardinals' transaction history, doubt loomed as to whether the purchaser would keep the team in St. Louis, due to the city's status as a "small market", which appears to handicap a club's competitiveness. Such was the case when Sam Breadon put the Cardinals up for sale in 1947: then-NL President Ford Frick proposed moving the Cardinals to Chicago. [127] When AB placed the Cardinals for sale in 1995, they publicly expressed intention to find a buyer who would keep the club in St. Louis. [128] In March 1996, AB sold the team for $147 million to a partnership headed by Southwest Bank's Drew Baur, Hanser and DeWitt, Jr. [127] Civic Center Redevelopment, a subsidiary of AB, held the parking garages and adjacent property and also transferred them to the Baur ownership group. [129] Baur's group then sold the garages to another investment group, lowering the net franchise purchase price to about $100 million, about $10 million less than Financial World's value of the team at the time $110 million. [128] [130]

Current Cincinnati Reds owners Bob Castellini and brothers Thomas Williams and W. Joseph Williams Jr. each once owned a stake in the Cardinals dating back to the Baur-DeWitt group's purchase of the team. To allow their purchase of the Reds in 2005, the rest of the group bought out Castellini's and the Williams brothers' shares, totaling an estimated 13 percent. At that time, the Forbes valued the Cardinals at about $370 million. [131] However, after reabsorbing that stake into the remainder of the group, they decided to make it available to new investors in 2010. Amid later allegations that the Cardinals owed the city profit shares, DeWitt revealed that their profitability had not reached the threshold to trigger that obligation. [132]

Recent annual financial records Edit

As of 2018, Forbes valued the Cardinals seventh among 30 MLB franchises. Their estimated value of $1.90 billion was an increase of $100 million from the season before, when they ranked seventh. St. Louis' revenue in 2018 was $319 million, up $9 million. Their Operating income was $40.0 million. [6] The Cardinals' deal with Fox Sports Midwest, signed in 2015, begins in 2018, and is worth $1 billion through 2032. [133] [7] [8] [134] [135] [136] In 2014, Forbes valued the Cardinals at $820 million and opined previously that they play "in the best single-team baseball market in the country and are among the league's leaders in television ratings and attendance every season." [136] Concurrent with the growth of Major League Baseball, the Cardinals value has increased significantly since the Baur-DeWitt purchase. In 2000, the franchise was valued at $219 million, [137] a growth rate of 374% through 2014. The franchise's value grew 12.7% from 2013 to 2014. The Forbes methodology of team values are enterprise values (equity plus net debt) that include the economics of the ballpark but exclude the value of real estate itself. Forbes does not include the value of team-owned regional sports networks. The league's ownership in Major League Baseball Advanced Media (100%) and the MLB Network (67%) and league's investment portfolio are included in our values. In total, these three assets constitute about $425 million in value for each team. Revenue and operating income (earnings before interest, taxes, depreciation and amortization) measure cash in versus cash out (not accrual accounting) for the 2017 season. Their figures include the post-season and are net of revenue sharing and stadium debt payments. Revenues include the pro-rated upfront bonuses networks pay teams as well as proceeds from non-MLB events at the ballpark. The non-recurring $18 million each team received in 2017 from the sale of a stake in BamTech to Walt Disney was excluded, as were profits or losses from team-owned RSNs. [138]

St. Louis Cardinals' financial value since 2009
Année $ Franchise Value (mil.) 1 $ Revenue (mil.) 2 $ Operating Income (mil.) 3 $ Player Expenses (mil.) 4 Wins-to-player cost ratio 5 Réf
2009 $486 $195 $ 7 $120 87
2010 $488 $195 $12.8 $111 100 [139]
2011 $518 $207 $19.8 $110 94 [140]
2012 $591 $233 $25.0 $123 116 [141]
2013 $716 $239 $19.9 $134 102 [136]
2014 $820 $283 $65.2 $133 118 [135] [142]
2015 $1,400 $294 $73.6 $133 111 [142] [143]
2016 $1,600 $300 $59.8 $145 115 [7]
2017 $1,800 $310 $40.5 $173 86 [144]
2018 $1,900 $319 $40.0 $165 89 [6]

All valuations per Forbes.
1 Based on current stadium deal (unless new stadium is pending) without deduction for debt, other than stadium debt.
(2018: market $715 mil., stadium $447 mil., sport $493 mil., brand management $245 mil.) [6]
(2017: market $666 mil., stadium $411 mil., sport $488 mil., brand management $235 mil.) [144]
(2016: market $613 mil., stadium $378 mil., sport $406 mil., brand management $219 mil.) [7]
(2015: market $548 mil., stadium $338 mil., sport $331 mil., brand management $197 mil.)
(2014: market $339 mil., stadium $211 mil., sport $156 mil., brand management $124 mil.)
(2013: market $291 mil., stadium $182 mil., sport $151 mil., brand management $91 mil.)
(2012: market $240 mil., stadium $157 mil., sport $119 mil., brand management $78 mil.)
(2011: market $206 mil., stadium $136 mil., sport $111 mil., brand management $65 mil.)

2 Net of stadium revenues used for debt payments.
3 Earnings before interest, taxes, depreciation and amortization.
4 Includes benefits and bonuses.
5 Compares the number of wins per player payroll relative to the rest of MLB. Playoff wins count twice as much as regular season wins. A score of 120 means that the team achieved 20% more victories per dollar of payroll compared with the league average in 2010.

Other interests Edit

Besides Ballpark Village, which has now finished its first phase, opening on March 27, [145] [146] and considered a smashing success with the first phase of the project totaling 120,000 square feet (11,000 m 2 ). [147] The Cardinals own three of their Minor League Baseball affililiates:


Why Are These Signs Grouped Together?

The twelve signs of the zodiac are grouped into three quadruplicities known as qualities based on how each sign behaves. Each element belongs to one of the "qualities," which are also known as modalities or modes. The three qualities are cardinal, fixed, and mutable.

Cardinal is the beginning, with the fixed signs fleshing things out and the mutable signs dissipating. Each cardinal sign is a starter in a trio, and this is one way to understand the zodiac as well as the seasons.


“Cardinal Health History

Cardinal Health got its start in 1971 when founder Robert D. Walter opened a small distribution center in Columbus, Ohio. In less than a decade, the then-named Cardinal Foods became a prominent regional food distributor until branching into pharmaceutical distribution in 1979. That was the year the company purchased a Zanesville, Ohio, drug distributor and became known as Cardinal Distribution.

In 1983, Cardinal Health went public and, over the next decade, expanded its fast-growing pharmaceutical distribution business with the acquisition of more than a dozen U.S. drug distributors. By 1987, a year before selling its food distribution segment, Cardinal Health’s pharmaceutical distribution business had become nearly twice the size of its food distribution business.

Over the next few years, Cardinal Health grew rapidly, and revenues exceeded $1 billion in 1991. By 1994, Cardinal Health had established itself as a leader in the drug distribution business with a nationwide presence and annual revenues of approximately $6 billion.

Since then, Cardinal Health has evolved further, serving health care manufacturers and patient care providers around the world. The company’s acquisitions included Pyxis Corp. in automated supply and pharmaceutical dispensing Owen Healthcare in hospital pharmacy management Medicine Shoppe International in pharmacy franchising R.P. Scherer Corp. and Automated Liquid Packaging in drug delivery formulation and contract manufacturing PCI Services, Inc., in pharmaceutical packaging Allegiance Corp. in medical-surgical product manufacturing and distribution Bergen Brunswig in medical-surgical distribution to hospitals and care continuum and Bindley Western in pharmaceutical distribution.

Today, Cardinal Health provides an integrated offering of innovative products & services to help hospitals, pharmacies, and other healthcare providers meet the growing challenges of a dynamic industry. Cardinal Health is a multinational health care industry services provider that applies vast resources, knowledge and expertise to help healthcare manufacturers and patient care providers meet their most pressing challenges, while providing better, safer delivery of care.”


Cardinal

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Cardinal, a member of the Sacred College of Cardinals, whose duties include electing the pope, acting as his principal counselors, and aiding in the government of the Roman Catholic Church throughout the world. Cardinals serve as chief officials of the Roman Curia (the papal bureaucracy), as bishops of major dioceses, and often as papal envoys. They wear distinctive red attire, are addressed as “Eminence,” and are known as princes of the church.

Scholars have disagreed about the origin of the title. There is, however, tentative consensus that the Latin word cardinalis, from the word cardo (“pivot” or “hinge”), was first used in late antiquity to designate a bishop or priest who was incorporated into a church for which he had not originally been ordained. In Rome the first persons to be called cardinals were the deacons of the seven regions of the city at the beginning of the 6th century, when the word began to mean “principal,” “eminent,” or “superior.” The name was also given to the senior priest in each of the “title” churches (the parish churches) of Rome and to the bishops of the seven sees surrounding the city.

By the 8th century the Roman cardinals constituted a privileged class among the Roman clergy. They took part in the administration of the church of Rome and in the papal liturgy. By decree of a synod of 769, only a cardinal was eligible to become pope. In 1059, during the pontificate of Nicholas II (1059–61), cardinals were given the right to elect the pope. For a time this power was assigned exclusively to the cardinal bishops, but the third Lateran Council (1179) gave back the right to the whole body of cardinals. The cardinals were granted the privilege of wearing the red hat by Innocent IV (1243–54) in 1244 or 1245 it has since become their symbol.

In cities other than Rome, the name cardinal began to be applied to certain ecclesiastics as a mark of honour. The earliest example of this occurs in a letter sent by Pope Zacharias (741–752) in 747 to Pippin III (the Short), ruler of the Franks, in which Zacharias applied the title to the priests of Paris to distinguish them from country clergy. This meaning of the word spread rapidly, and from the 9th century various episcopal cities had a special class among the clergy known as cardinals. The use of the title was reserved for the cardinals of Rome in 1567 by Pius V (1566–72), and Urban VIII (1623–44) granted them the official style of Eminence in 1630.

The Sacred College of Cardinals, with its structure of three orders (bishops, priests, and deacons), originated in the reform of Urban II (1088–99). These ranks within the college do not necessarily correspond to a cardinal’s rank of ordination e.g., the bishop of a diocese such as New York City or Paris may be a cardinal priest. From the time of the Avignon papacy (1309–77), the question of the lack of internationality in the College of Cardinals became an increasingly important one a reform under Sixtus V (1585–90) attempted to provide for it. The question continued to be raised at various times, particularly in the second half of the 20th century.

The cardinal bishops are the successors of the bishops of the sees just outside Rome. There were seven of these sees in the 8th century, but the number was later reduced to six. Prior to 1962 each of the cardinal bishops had full jurisdiction in his own see since then, however, they preserve only the title without any of the functions, which passed to a bishop actually resident in the see. In 1965 Paul VI (1963–78) created cardinals from among the Eastern Catholic patriarchs and arranged that they should become cardinal bishops on the title of their patriarchal sees.

The second and largest order in the College of Cardinals is that of the cardinal priests, the successors of the early body of priests serving the title churches of Rome. Since the 11th century this order has been more conspicuously international than the orders of cardinal bishops and deacons, including the bishops of important sees from throughout the world.

The cardinal deacons are the successors of the seven regional deacons. By the 10th–11th century there were 18 deaconries in the city, and the reform of Urban II assigned a cardinal deacon to each of them. Originally, the order was limited to those who had advanced no further than the diaconate. Later legislation prescribed that a cardinal deacon be at least a priest. John XXIII (1958–63) and Paul VI, after appointing cardinal deacons who were not bishops, immediately consecrated them bishops.

The pope alone appoints or creates cardinals in the three orders of cardinal bishop, cardinal priest, and cardinal deacon—all of whom are bishops in accordance with the ruling of John XXIII—by announcing their names before the College of Cardinals in a private consistory (a meeting of ecclesiastics, especially the College of Cardinals, for the administration of justice and other business). These newly named cardinals then receive the red biretta and the ring symbolic of the office in a public consistory. Sometimes the pope appoints cardinals in pectore (Latin: “in the breast”), without declaring their names only when the name of a cardinal in pectore is revealed does he assume the rights and duties of the office.

In 1586 Sixtus V fixed the total number of cardinals at 70, of whom 6 were cardinal bishops, 50 were cardinal priests, and 14 were cardinal deacons. In 1958 John XXIII eliminated the restriction of 70, increasing the number of cardinals to 87, and since then the number has reached more than 100.

Under the influence of the Second Vatican Council (1962–65) and in recognition of the need for greater internationalization of the College of Cardinals, Paul VI and John Paul II (1978–2005) appointed many new cardinals under Paul there were 145 cardinals, and under John Paul there were 185, nearly all of whom had been appointed by him. The growth of the college, however, prompted the imposition of new restrictions on the cardinalate. In 1970 Paul VI directed that cardinals who reach age 75 are to be asked to resign, and those who do not resign are to relinquish the right to vote for a pope when they reach age 80. Paul further decreed that the number of voting cardinals be limited to 120. This restriction was confirmed during the pontificate of John Paul II. In 1996 a new set of rules issued by John Paul provided that, under certain circumstances, the long-required majority of two-thirds for election of a pope could be superseded by a simple majority. John Paul’s successor, Benedict XVI, however, restored the traditional requirement of a two-thirds majority in 2007.

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Amy Tikkanen, directrice des services correctionnels.


Voir la vidéo: Richelieu, the Purple and the Blood TV movie w. english subtitles (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Herman

    Où est l'INFA

  2. Clint

    J'ajouterai votre site aux signets, je visiterai souvent, merci

  3. Grolkree

    J'aime cette idée, je suis entièrement d'accord avec toi.

  4. Dara

    Bravo, votre idée c'est très bien

  5. Zologar

    Cette option ne me convient pas. Peut-être y a-t-il plus d'options?



Écrire un message