Informations

Les outils les plus anciens du monde trouvés au lac Turkana, antérieurs aux premiers humains

Les outils les plus anciens du monde trouvés au lac Turkana, antérieurs aux premiers humains


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Un demi-million d'années avant l'arrivée des premiers humains sur la scène, les hominidés préhistoriques vivant en Afrique de l'Est façonnaient des outils en pierre. Ces artefacts rares ont été découverts par des scientifiques travaillant près du lac Turkana, au Kenya. On dit qu'ils sont les outils en pierre les plus anciens jamais trouvés, antérieurs aux outils précédents de 700 000 ans.

Le paysage du lac Turkana, riche en fossiles, au Kenya. Wikimédia Chambre des communes

L'équipe de scientifiques impliqués dans le projet archéologique du Turkana occidental a trouvé les outils par hasard lorsqu'ils ont commencé leurs recherches sur un site auparavant inexploré près du lac Turkana - Lomekwi 3. Étonnamment, certains des outils ont été trouvés à la surface du sol, tandis que d'autres étaient découvert grâce à des fouilles. Ils semblent avoir été créés il y a plus de 3,3 millions d'années.

Les découvertes sont importantes, car elles démontrent que quelqu'un façonnait des outils 500 000 ans avant nos ancêtres du genre Homo, considérés comme les premiers humains à part entière. Les chercheurs supposent que les outils ont été façonnés par un genre antérieur, peut-être Australopithèque (souvent associé au fossile bien connu Lucy) qui est apparu en Afrique il y a environ quatre millions d'années.

Les résultats ont été rapportés par l'Association américaine pour l'avancement des sciences (AAAS).

SUITE

Au total, l'équipe, dirigée par l'archéologue Sonia Harmand de l'Université Stony Brook de New York, a trouvé 20 flocons, noyaux et enclumes utilisés comme base pour façonner des pierres, avec des « marques révélatrices d'ingénierie intentionnelle ». Ils ont également découvert 130 autres outils supplémentaires, selon le magazine scientifique Discover.

Le Telegraph rapporte que les artefacts ont été clairement et délibérément «coupés» ou écaillés. On ne pense pas que les outils aient été créés par une fracture accidentelle ou des forces naturelles.

Technique de fabrication de lames à pointe de Levallois, un type distinctif de fabrication d'outils ou de « taille » développé par les précurseurs de l'homme moderne au Paléolithique. Image représentative uniquement. Wikimédia Chambre des communes

La taille d'un morceau de pierre produit des flocons plus petits avec des bords tranchants. Ces objets pointus sont utiles pour couper la viande des os ou travailler avec des plantes. Les morceaux de roche originaux possèdent des marques caractéristiques, indiquant qu'ils ont été utilisés dans l'artisanat.

Illustration de l'espèce Homo habilis (genre Homo entre 2,1 et 1,5 millions d'années) façonnant un outil par « taille ». Crédit: Vassar.edu

L'unique lac Turkana au Kenya est le plus grand lac alcalin du monde, ainsi que le plus grand lac désertique permanent du monde. Cette zone d'importance archéologique a offert des fossiles d'une importance majeure dans l'étude des origines et de l'évolution humaines.

SUITE

Image satellite du lac Turkana illustrant sa belle couleur jade. En raison d'étonnantes découvertes fossilisées, le site est considéré comme le berceau de l'humanité.

L'équipe suggère que les découvertes contribuent de manière significative à la compréhension actuelle du comportement des hominidés et de sa diversité à travers le temps. Harmand a déclaré à propos de la découverte : « Les outils de Lomekwi 3 marquent un nouveau départ pour les archives archéologiques connues. »

La découverte remarquable des outils en pierre a été annoncée lors d'une réunion de la Société de paléoanthropologie ce mois-ci.

L'image sélectionnée: Exposition « Les trésors cachés de l'Éthiopie » au Houston Museum of Natural Science mettant en vedette un modèle de « Lucy », Australopithecus Afarensis. On pense que les outils en pierre Turkana ont été fabriqués par des Australopithèques ou une espèce contemporaine. Jason Kuffer/ Flickr

Par Liz Leafloor


Les outils les plus anciens du monde trouvés près du lac Turkana en Afrique

SAN FRANCISCO, 16 avril (UPI) — Un groupe d'archéologues dit avoir découvert les outils les plus anciens du monde. À 3,3 millions d'années, les outils nouvellement découverts sont antérieurs à l'évolution de l'homme moderne.

Les chercheurs, qui ont présenté leurs résultats mardi lors de la réunion annuelle de la Paleoanthropology Society à San Francisco, ont déclaré que les outils en pierre primitifs étaient probablement fabriqués par l'un des ancêtres de l'homme moderne, un hominidé du genre Australopithecus.

"Les artefacts ont clairement été taillés [créés par un écaillage intentionnel] et non le résultat d'une fracture accidentelle de roches", a déclaré la chercheuse principale Sonia Harmand, archéologue à l'Université Stony Brook de New York, lors de la réunion, selon Science Magazine.

Jusqu'à présent, le record était détenu par un ensemble d'outils en pierre datés de 2,6 millions d'années, à l'époque où les premières preuves des lignées Homo apparaissent. Mais le nouvel ensemble d'outils - 20 éclats, noyaux et enclumes bien conservés trouvés à seulement cinq kilomètres à l'ouest du lac Turkana du Kenya - suggère que la fabrication d'outils en pierre n'était pas exclusive aux premiers humains à part entière.

« L'implication évidente est que les outils en pierre ont été inventés et utilisés par plusieurs lignées d'hominidés primitifs », a expliqué John Hawks, un anthropologue de l'Université du Wisconsin qui n'a pas été impliqué dans la découverte, sur son blog. « Tout comme il y avait différents styles de forme corporelle et de mécanique bipède parmi les premiers hominidés, il y avait probablement différents styles de traditions techniques.

Hawks dit que la découverte n'est pas si surprenante, étant donné qu'il a été démontré que les populations de chimpanzés utilisent des ensembles d'outils plutôt complexes et incorporent parfois des objets en pierre.

"Tous les hominidés ajoutés initialement étaient l'écaillage délibéré de la pierre pour rendre les objets reconnaissables dans les archives archéologiques", a ajouté Hawks. C'est-à-dire que les humains ont développé une capacité technique latente chez tous les singes.

En 2010, des archéologues ont rapporté avoir trouvé des incisions d'os d'animaux faites par des lames de pierre dans la région de Dikika en Éthiopie. Les os et les incisions ont plus de 3 millions d'années et ont été découverts près des restes d'un enfant australopithèque. Cette découverte a été traitée avec beaucoup de scepticisme, mais les dernières découvertes semblent corroborer le fait que la fabrication d'outils en pierre n'est pas le seul domaine de l'homme moderne.

"Avec les marques de coupure de Dikika, nous avons eu la victime", a déclaré Zeresenay Alemseged, paléoanthropologue à l'Académie des sciences de Californie et membre de l'équipe de recherche de 2010, à l'Independent. La découverte de “Harmand’s nous donne le pistolet fumant.”


Les plus anciens outils du monde trouvés près du lac Turkana en Afrique

SAN FRANCISCO, 16 avril (UPI) -- Un groupe d'archéologues affirme avoir découvert les outils les plus anciens du monde. À 3,3 millions d'années, les outils nouvellement découverts sont antérieurs à l'évolution de l'homme moderne.

Les chercheurs, qui ont présenté leurs résultats mardi lors de la réunion annuelle de la Paleoanthropology Society à San Francisco, ont déclaré que les outils de pierre primitifs étaient probablement fabriqués par l'un des ancêtres de l'homme moderne, un hominidé du genre Australopithèque.

"Les artefacts ont clairement été taillés [créés par un écaillage intentionnel] et non le résultat d'une fracture accidentelle de roches", a déclaré la chercheuse principale Sonia Harmand, archéologue à l'Université Stony Brook de New York, lors de la réunion, selon Science Magazine.

Jusqu'à présent, le record était détenu par un ensemble d'outils en pierre datés de 2,6 millions d'années, à l'époque où la première preuve de Homo des lignées apparaissent. Mais le nouvel ensemble d'outils - 20 éclats, noyaux et enclumes bien conservés trouvés à seulement cinq kilomètres à l'ouest du lac Turkana au Kenya - suggèrent que la fabrication d'outils en pierre n'était pas exclusive aux premiers humains à part entière.

"L'implication évidente est que les outils en pierre ont été inventés et utilisés par plusieurs lignées d'hominidés primitifs", a expliqué John Hawks, un anthropologue de l'Université du Wisconsin qui n'a pas été impliqué dans la découverte, sur son blog. "Tout comme il y avait différents styles de forme corporelle et de mécanique bipède parmi les premiers hominidés, il y avait probablement différents styles de traditions techniques."

Hawks dit que la découverte n'est pas si surprenante, étant donné qu'il a été démontré que les populations de chimpanzés utilisent des ensembles d'outils plutôt complexes et incorporent parfois des objets en pierre.

"Tous les hominidés ajoutés initialement étaient l'écaillage délibéré de la pierre pour rendre les objets reconnaissables dans les archives archéologiques", a ajouté Hawks. "C'est-à-dire que les humains ont développé une capacité technique latente chez tous les singes."

En 2010, des archéologues ont rapporté avoir trouvé des incisions d'os d'animaux faites par des lames de pierre dans la région de Dikika en Éthiopie. Les os et les incisions avaient plus de 3 millions d'années et ont été découverts près des restes d'un Australopithèque enfant. Cette découverte a été traitée avec beaucoup de scepticisme, mais les dernières découvertes semblent corroborer le fait que la fabrication d'outils en pierre n'est pas le seul domaine de l'homme moderne.

"Avec les marques de coupure de Dikika, nous avons eu la victime", a déclaré Zeresenay Alemseged, paléoanthropologue à l'Académie des sciences de Californie et membre de l'équipe de recherche de 2010, à l'Independent. "La découverte d'Harmand nous donne le pistolet fumant."


Découvertes au lac Turkana

Vidéo. Les découvertes au lac Turkana révèlent des informations sur l'histoire de l'évolution humaine.

Biologie, géographie, géographie humaine, géographie physique

En 1995, Meave Leakey, exploratrice en résidence de National Geographic, et son équipe ont fait une découverte très importante au lac Turkana, au Kenya. Ils ont trouvé des fossiles de ce qui s'est avéré être un Australopithèque anamensis. La découverte indique que la date de l'apparition de la bipédie devait être reculée d'un demi-million d'années, à environ 4,2 millions d'années. Ce n'était pas la première découverte paléoanthropologique majeure au lac Turkana. En 1972, Bernard Ngenyeo, collègue de Richard et Meave Leakey, découvre le fossile d'un Homo habilis, qui avait environ 1,9 million d'années. En 1984, l'équipe de Leakey a trouvé un squelette fossilisé presque complet daté d'environ 1,5 million d'années. C'était un l'homo erectus et est connu sous le nom de "Turkana Boy".

Ce clip est un extrait du film Os de Turkana. Le film se déroule dans la région autour de l'ancien lac Turkana. Cette zone est connue comme le berceau de la vie humaine. Il existe des preuves d'hominidés qui vivaient ici il y a 4,2 millions d'années. Ce film dépeint la vie de quelques ancêtres humains.

Cette vidéo de Os de Turkana se concentre sur les découvertes importantes de fossiles faites au lac Turkana.

La vidéo suppose une certaine familiarité avec la théorie de l'évolution, le processus par lequel les organismes se sont développés à partir de formes de vie antérieures. L'évolution n'est pas un processus linéaire, mais dynamique. Une espèce ne se transforme pas directement en une autre, mais diverge de ses ancêtres. L'évolution a lieu dans l'ensemble d'une population sur une longue période de temps en raison des pressions environnementales. Cette vidéo utilise parfois les expressions "plus avancé ou moins avancé" qui ne s'appliquent en fait pas à l'évolution. Les espèces évoluent pour s'adapter à l'environnement particulier qu'elles occupent à un moment donné, et non pour « avancer » vers un stade évolutif différent.

Quelle preuve pouvez-vous donner pour prouver que Australopithèque anamensis était bipède ? Pourquoi était-ce important ?

Le tibia, le gros os de la jambe inférieure (tibia), était très similaire à un tibia humain moderne, indiquant que Australopithèque anamensis peut avoir marché de la même manière que les humains modernes. De nombreux paléoanthropologues ne pensaient pas que la bipédie se soit produite si tôt dans le développement des hominidés. La découverte ramène la date de la bipédie d'un demi-million d'années.

Quand est-ce que Homo habilis, ou "bricoleur", commencer à fabriquer des outils en pierre ? Que pouvons-nous déduire de la taille de son cerveau ? Que pouvez-vous prévoir d'autre à partir de ces informations ?

Homo habilis commencé à fabriquer des outils il y a environ 1,9 million d'années. Nous pouvons en déduire qu'il avait une augmentation de la taille de son cerveau en fonction de la forme de son crânel. En utilisant ces informations sur l'augmentation de la taille du cerveau, nous pouvons prédire que Homo habilis pourraient accomplir une tâche plus rapidement que des organismes dotés d'un cerveau plus petit, ou qu'une plus grande gamme de communication serait possible.

Il est le l'homo erectus dont le squelette (presque) complet a été retrouvé par l'équipe de Richard Leakey&rsquos près du lac Turkana au milieu des années 1980.

Compare et nuance Australopithèque anamensis, Homo habilis, et l'homo erectus.

Comparer: Ce sont tous des hominidés. Ils sont tous bipèdes. Leurs fossiles ont tous été trouvés près du lac Turkana.

Contraste: Australopithèque anamensis est la plus ancienne des trois, à 4,2 millions d'années. Ces hominidés ont peut-être été les premiers bipèdes. Ils ne fabriquaient pas encore d'outils de pierre. Homo habilis a environ 1,9 million d'années. Ces hominidés avaient un cerveau 30% plus gros que A. anamensis. Ils étaient probablement l'un des premiers hominidés à fabriquer des outils en pierre. l'homo erectus est le plus jeune des trois, à 1,5 million d'années. Ces hominidés étaient bipèdes, fabriquaient des outils en pierre et avaient peut-être la taille du cerveau d'un humain moderne de 2 ans. Ce sont probablement nos ancêtres les plus proches.


Les outils de pierre les plus anciens sont antérieurs aux humains. Alors, qui les utilisait ?

Les outils en pierre les plus anciens PLUS ÂGÉS que les humains les plus âgés ! Alors, qui les a utilisés ? Des chercheurs travaillant au Kenya viennent de découvrir un ensemble d'outils vieux d'environ 3,3 millions d'années, établissant le record des outils les plus anciens découverts, 700 000 ans plus vieux que ceux découverts en Éthiopie. Mais ce qui rend la découverte si déroutante, c'est le fait qu'ils sont plus anciens que les premiers fossiles humains du genre Homo. Alors, à qui appartenaient-ils en haut ? Les outils ont été découverts dans la vallée du Rift au Kenya par des archéologues qui pensent qu'ils ont été fabriqués par des australopithèques. Un total de 20 flocons de pierre et enclumes ont été trouvés et seraient antérieurs aux humains Homo de 500 000 ans. Jusqu'à présent, on croyait que la création d'outils en pierre avait commencé avec Homo, mais cette découverte remet cela en question.

Fait intéressant, des outils dans la région ont été découverts à la surface ainsi que sous terre. L'âge des outils a été déterminé par la position stratigraphique par rapport aux couches de cendres volcaniques. Les outils de pierre précédemment découverts en Éthiopie dataient de 2,6 millions d'années.

Une équipe dirigée par Sonia Harmand de l'Université Stony Brook à New York a fait la dernière découverte par accident. L'équipe recherchait des restes d'ornithorynques Kenyanthripos lorsqu'ils ont pris un mauvais virage et se sont retrouvés sur un autre site, juste à l'ouest du lac Turkana. Après avoir découvert des outils en surface, ils ont creusé plus profondément et récupéré près de 20 éclats conservés.

Les experts qui ont examiné les outils disent que certains sont fabriqués de manière très grossière, mais "il ne fait aucun doute que c'est utile". La découverte suggère que la connaissance de leur fabrication aurait pu disparaître avec les premiers ancêtres humains, puis être «réinventée» plusieurs millénaires plus tard.

« Les outils Lomekwi 3 marquent un nouveau départ pour les archives archéologiques connues », déclare Harmand.


Les outils de pierre les plus anciens du monde sont antérieurs à l'homme

Les plus anciens outils en pierre faits à la main découverts à ce jour sont antérieurs à tous les humains connus et pourraient avoir été brandis par une espèce encore inconnue, selon les chercheurs.

Les artefacts en pierre vieux de 3,3 millions d'années sont la première preuve directe que les premiers ancêtres humains pouvaient avoir possédé les capacités mentales nécessaires pour comprendre comment fabriquer des outils en pierre tranchants comme des rasoirs. La découverte réécrit également le livre sur le type de pressions environnementales et évolutives qui ont conduit à l'émergence de la fabrication d'outils.

Les chimpanzés et les singes sont connus pour utiliser des pierres comme outils, ramassant des pierres pour enfoncer des noix et résoudre d'autres problèmes. Cependant, jusqu'à présent, seuls les membres de la lignée humaine - le genre Homo, qui comprend l'espèce humaine moderne Homo sapiens et les humains éteints tels que l'homo erectus — étaient considérés comme capables de fabriquer des outils de pierre. [Voir les photos des outils de pierre les plus anciens]

D'anciens artefacts en pierre d'Afrique de l'Est ont été découverts pour la première fois dans les gorges d'Olduvai en Tanzanie au milieu du 20e siècle. Ces outils de pierre ont ensuite été associés à des fossiles de l'ancienne espèce humaine Homo habilis, découvert dans les années 60.

"La vision traditionnelle pendant des décennies était que les premiers outils de pierre ont été fabriqués par les premiers membres de Homo», a déclaré à Live Science l'auteur principal de l'étude, Sonia Harmand, archéologue à l'Université Stony Brook de New York. "L'idée était que notre lignée seule a fait le saut cognitif de frapper des pierres ensemble pour frapper des flocons pointus et que c'était le fondement de notre succès évolutif."

Cependant, il y avait des indices d'utilisation d'outils primitifs avant Homo habilis. En 2009, des chercheurs de Dikika, en Éthiopie, ont déterré des os d'animaux vieux de près de 3,4 millions d'années qui présentaient des entailles et d'autres marques de coupure, preuve que quelqu'un a utilisé des pierres pour couper la chair des os et peut-être écraser les os pour atteindre la moelle à l'intérieur. Il s'agit de la première preuve de la consommation de viande et de moelle par les hominidés - toutes les espèces menant et incluant la lignée humaine après la séparation des ancêtres des chimpanzés. Aucun outil n'a été trouvé sur ce site, il n'était donc pas clair si les marques avaient été faites avec des outils faits à la main ou simplement avec des roches naturellement tranchantes.

Maintenant, les scientifiques rapportent des artefacts en pierre qui remontent bien avant tous les fossiles humains connus. Jusqu'à présent, les premiers outils connus dataient d'environ 2,8 millions d'années, selon les chercheurs. Les artefacts sont de loin les plus anciens outils en pierre faits à la main jamais découverts - les anciens détenteurs de records, connus sous le nom d'outils en pierre d'Oldowan, avaient environ 2,6 millions d'années.

"Nous n'avons pas été surpris de trouver des outils en pierre datant de plus de 2,6 millions d'années, car les paléoanthropologues disent depuis une décennie qu'ils devraient être quelque part", a déclaré Harmand. "Mais nous avons été surpris que les outils que nous avons trouvés soient tellement plus anciens que l'Oldowan, à 3,3 millions d'années."

On ne sait toujours pas quelle espèce fabriquait ces outils en pierre. Ils pourraient avoir été créés par une espèce humaine éteinte encore inconnue, ou par Australopithèque, qui est actuellement le principal prétendant à l'ancêtre de la lignée humaine, ou par Kényanthrope, dont un crâne vieux de 3,3 millions d'années a été découvert en 1999 à environ un demi-mile (1 kilomètre) des nouveaux outils. On ne sait pas exactement comment Kényanthrope concerne soit Homo ou Australopithèque. [Galerie : voir les images de notre plus proche ancêtre humain]

"Parfois, les meilleures découvertes sont celles qui soulèvent plus de questions que de réponses", a déclaré à Live Science Jason Lewis, co-auteur de l'étude, paléoanthropologue à la Stony Brook University et à la Rutgers University dans le New Jersey. "Dans tous ces cas, l'histoire est tout aussi nouvelle et intéressante. Nous sommes à l'aise de ne pas avoir toutes les réponses maintenant."

Les outils de pierre ont été découverts dans les badlands désertiques du nord-ouest du Kenya, où le terrain aride et rocheux ressemble à un paysage du Nouveau-Mexique.

Les artefacts ont été trouvés à côté du lac Turkana en 2011 presque par accident. "Nous roulions dans le lit asséché de la rivière et avons pris la branche de gauche au lieu de la droite et nous avons dévié", a déclaré Harmand. "Essentiellement, nous nous sommes perdus et nous nous sommes retrouvés dans un nouveau domaine qui semblait prometteur. Quelque chose était vraiment unique à propos de cet endroit, nous pouvions dire que cette zone avait beaucoup de zones cachées qui n'attendaient qu'à être explorées."

À la fin de la saison de terrain 2012, les fouilles sur le site, nommé Lomekwi 3, avaient mis au jour 149 artefacts en pierre « Lomekwian » liés à la fabrication d'outils.

"C'est vraiment excitant et très émouvant d'être la première personne à ramasser un artefact en pierre depuis que son créateur l'a déposé il y a des millions d'années", a déclaré Harmand.

Les chercheurs ont essayé d'utiliser des pierres pour faire tomber et façonner ce que l'on appelle des flocons ou des lames – un processus connu sous le nom de taille – afin de mieux comprendre comment ces artefacts en pierre lomekwian auraient pu être fabriqués. Ils ont conclu que les techniques utilisées peuvent représenter une étape entre le pilonnage utilisé par les premiers hominidés et la taille des outils ultérieurs.

"Il s'agit d'une découverte capitale et bien documentée", a déclaré le paléoanthropologue Bernard Wood, professeur d'origine humaine à l'Université George Washington, qui n'était pas impliqué dans l'étude, dans un communiqué. "J'ai vu certains de ces artefacts dans la chair, et je suis convaincu qu'ils ont été façonnés délibérément."

L'analyse des isotopes du carbone dans le sol et des fossiles d'animaux sur le site a permis aux scientifiques de reconstituer à quoi ressemblait la végétation. Cela a conduit à une autre surprise - à l'époque, la région était un environnement arbustif partiellement boisé.

La pensée conventionnelle a été que la fabrication d'outils sophistiqués est venue en réponse à un changement climatique qui a conduit à la diminution des forêts et à la propagation des prairies de savane. Les lames de pierre ont probablement aidé les anciens humains à se nourrir en les aidant à couper la viande des carcasses d'animaux, étant donné qu'il y avait alors moins de nourriture comme des fruits dans la forêt. Cependant, ces découvertes suggèrent que les outils en pierre de Lomekwian ont peut-être été utilisés pour casser des noix ou des tubercules ouverts, frapper des bûches mortes ouvertes pour atteindre les insectes à l'intérieur, ou peut-être quelque chose à laquelle on n'a pas encore pensé. [Galerie Denisovan : À la recherche de la génétique des ancêtres humains]

"Les preuves de Lomekwi 3 suggèrent que des changements évolutifs importants qui seraient plus tard vraiment importants pour Homo pour survivre dans la savane évoluaient en fait auparavant, dans un environnement encore boisé », a déclaré Lewis.

"Les capacités de nos ancêtres et les forces environnementales menant à la technologie de la pierre précoce sont un grand mystère scientifique", a déclaré Richard Potts, directeur du programme des origines humaines au Smithsonian's National Museum of Natural History, qui n'était pas impliqué dans la recherche, a déclaré dans un rapport. Les outils nouvellement datés « commencent à lever le voile sur ce mystère, plus tôt que prévu ».

Cette découverte a également des implications pour la compréhension de l'évolution du cerveau humain, ont déclaré les chercheurs. La fabrication d'outils nécessitait un niveau de dextérité et de préhension qui suggère que les changements dans le cerveau et le tractus rachidien nécessaires à une telle activité pourraient avoir évolué il y a 3,3 millions d'années.

Les scientifiques examinent maintenant les surfaces et les bords des outils au microscope et au laser pour tenter de reconstituer leur utilisation, "et étudient également les sédiments dans lesquels ils ont été trouvés pour rechercher des oligo-éléments ou des résidus de toute plante ou des tissus animaux qui pourraient y être laissés après utilisation », a déclaré Harmand.

Le site est toujours en cours de fouille et Harmand a déclaré que d'autres artefacts pourraient exister à partir des premières tentatives de taille.

"Nous pensons qu'il existe des outils en pierre plus anciens, encore plus rudimentaires, et nous les chercherons au cours des prochaines saisons sur le terrain", a-t-il ajouté.

Les scientifiques ont détaillé leurs découvertes dans le numéro du 21 mai de la revue Nature.

Copyright 2015 LiveScience, une société d'achat. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


6. Perles ateriennes (110 000 ans)

La Grotte des Pigeons est une grotte dans l'Est du Maroc qui pendant des siècles ne voulait rien de plus que d'oublier qu'elle avait un nom si stupide. Puis, au milieu du 20 e siècle, des archéologues sont arrivés et ont décidé, hé, cela ressemble à un assez bon endroit pour creuser. Alors ils ont creusé et ils ont creusé et ils ont creusé jusqu'à ce que tout à coup tout le monde soit trop occupé à s'exclamer sur toute la folie de la Grotte des Pigeons pour se concentrer sur son nom stupide. Il y avait des cendres et des outils et des roches sculptées et toutes sortes de trésors. Mais le plus grand trésor de tous a peut-être été les perles.

Constituées de coquillages percés de trous, certains portant encore des traces d'ocre rouge, les perles étaient probablement les premiers exemples de bijoux que nous ayons. Les chercheurs les dataient d'il y a 110 000 ans, une époque incroyablement lointaine, à une époque où la roue était un rêve lointain et où le concept d'agriculture ressemblait à de la sorcellerie. Pourtant, nos ancêtres fabriquaient encore des bijoux. Même dans un monde de danger implacable, d'attaques d'ours et d'espérance de vie de moins de 30 ans, nous voulions toujours avoir fière allure. Nous ne pouvons pas dire si c'est honteux ou la chose la plus cool qui soit.


Les plus anciens outils de pierre du monde antérieurs à l'homme ont été découverts


Dans une découverte qui pourrait réécrire les débuts de l'histoire humaine, les archéologues ont trouvé au Kenya les plus anciens outils en pierre faits à la main au monde, datant de 3,3 millions d'années, bien avant l'avènement de l'homme moderne.

Les outils, dont les fabricants peuvent ou non avoir été une sorte d'ancêtre humain, repoussent la date connue de ces outils de 700 000 ans.

Ils peuvent également remettre en question l'idée que nos propres ancêtres les plus directs ont été les premiers à frapper deux rochers ensemble pour créer une nouvelle technologie, ont déclaré les chercheurs.

Cette découverte est la première preuve qu'un groupe encore plus ancien de proto-humains pouvait avoir les capacités de réflexion nécessaires pour comprendre comment fabriquer des outils tranchants.

Les outils en pierre marquent "un nouveau départ pour les archives archéologiques connues", déclarent les auteurs d'un nouvel article sur la découverte, publié dans la revue Nature.

"L'ensemble du site est surprenant, il ne fait que réécrire le livre sur beaucoup de choses que nous pensions être vraies", a déclaré le géologue Chris Lepre de l'Observatoire terrestre de Lamont-Doherty et de l'Université Rutgers, co-auteur de l'article qui a précisément daté les artefacts. .

Les outils "mettent en lumière une période inattendue et jusque-là inconnue du comportement des hominidés et peuvent nous en dire beaucoup sur le développement cognitif de nos ancêtres que nous ne pouvons pas comprendre à partir des fossiles seuls", a déclaré l'auteur principal Sonia Harmand, du Turkana Basin Institute à Université Stony Brook.

Les hominines sont un groupe d'espèces qui comprend les humains modernes, l'Homo sapiens et nos ancêtres évolutionnaires les plus proches.

Les anthropologues ont longtemps pensé que nos parents du genre Homo - la lignée menant directement à Homo sapiens - étaient les premiers à fabriquer de tels outils en pierre.

Mais les chercheurs ont découvert des indices alléchants selon lesquels d'autres espèces antérieures d'hominidés, des cousins ​​éloignés, auraient pu le découvrir.

Les chercheurs ne savent pas qui a fabriqué ces outils les plus anciens. Mais des découvertes antérieures suggèrent une réponse possible : le crâne d'un hominidé de 3,3 millions d'années, Kenyanthropus platytops, a été trouvé en 1999 à environ un kilomètre du site de l'outil.

J'en ai entendu parler à la radio sur le chemin du travail, et en plus d'être une excellente nouvelle, ce qui m'intéresse le plus, c'est la façon dont les scientifiques ont accueilli cette nouvelle.

Premièrement, certains sur ce même site ont essayé de prouver que les scientifiques n'aiment pas si quelqu'un montre des preuves de quelque chose qui n'est pas déjà dans les livres d'histoire. Cette simple découverte prouve comme une bonne preuve que ces allégations n'ont aucun fondement.

Deuxièmement, beaucoup ici accusent la science de changements constants, mais c'est tout - vous devez adopter de nouvelles découvertes et preuves. L'ignorer serait anti-science.

On dirait que chaque jour, nous en apprenons davantage sur notre passé.

Les outils comprennent des flocons à arêtes vives, des marteaux et des enclumes

Cet outil en pierre est connu sous le nom de noyau - les flocons, utilisés pour la coupe, sont cisaillés loin de ses bords

Les outils ont été trouvés près du lac Turkana dans le nord du Kenya

Avant cette découverte, Homo habilis était considéré comme la première espèce à utiliser des outils en pierre

Australopithecus afarensis est une espèce primitive avec des caractéristiques à la fois humaines et semblables à celles des singes


Toutes les images proviennent du site de la BBC.

C'est une découverte très intéressante car elle a également des implications sur l'évolution du cerveau humain.

Concernant les méthodes de datation utilisées, les déplacements polaires magnétiques sont enregistrés sur l'échelle de temps polaire géomagnétique - les roches ou les objets sont mesurés avec un magnétomètre et la polarité directionnelle moyenne peut ensuite être utilisée pour dater l'objet.

Bien sûr, les créationnistes travaillent dur pour trouver une excuse pour expliquer pourquoi les auteurs se trompent complètement.

Lepre a déclaré qu'une couche de cendres volcaniques sous le site de l'outil définissait un "plancher" sur l'âge du site : elle correspondait à des cendres ailleurs qui avaient été datées d'environ 3,3 millions d'années, sur la base du rapport des isotopes d'argon dans le matériau. Pour définir plus précisément la période des outils, Lepre et son co-auteur et collègue de Lamont-Doherty, Dennis Kent, ont examiné les minéraux magnétiques sous, autour et au-dessus des endroits où les outils ont été trouvés.

Le champ magnétique terrestre s'inverse périodiquement, et la chronologie de ces changements est bien documentée remontant à des millions d'années. "Nous avons essentiellement un magnétophone qui enregistre le champ magnétique... la musique du noyau externe", a déclaré Kent. En retraçant les variations de la polarité des échantillons, ils ont daté le site de 3,33 millions à 3,11 millions d'années.

S'il est confirmé qu'il s'agit d'outils vieux de 3,3 millions d'années créés par un hominidé, je suppose que cela signifie une meilleure compréhension de l'évolution du cerveau humain, car une compétence telle que la fabrication d'outils nécessite un bon niveau de contrôle moteur de la main, en plus de la capacité cognitive cela leur a permis de penser qu'ils avaient besoin d'outils et comment les fabriquer. Wow!

En fait, les chimpanzés utilisent des outils en pierre, donc la capacité cognitive de les utiliser n'a pas besoin de plus de puissance cérébrale que les chimpanzés. S'ils avaient une meilleure coordination main-doigt, le façonnage d'outils de roche ne les dépasserait probablement pas. Là où les chimpanzés échouent, c'est lorsqu'il s'agit de garder la possession d'outils pendant de longues périodes sans en avoir besoin. Ils ne peuvent tout simplement pas planifier consciemment les jours à venir.

La capacité de prévoyance à long terme est le moment où le big bang du cerveau des hominidés s'est produit.

Certes, les chimpanzés utilisent des pierres pour casser des noix, mais les anciens outils trouvés ont en fait été «fabriqués» par l'hominidé tandis que les chimpanzés utilisent simplement une pierre, c'est la différence de capacités cognitives dont je parlais. à moins que les chimpanzés ne fassent aussi des gravillons, mais je n'en ai jamais entendu parler. Je pense que cela montre un changement dans l'activité cérébrale car ils ont créé différents types d'outils pour différents usages/besoins.

Remplacez votre ignorance par la connaissance :

Je vous remercie de le faire remarquer. Je ne sais pas ce que les mods feront, à mon humble avis, il s'agit plus d'un sujet d'origine que d'une civilisation perdue ou ancienne.

Je suppose que ce fil va fusionner avec l'autre, mais je réfléchis.
Merci gethyped pour les liens.

Donc, ce sont tous des outils spécialement "découpés", n'est-ce pas ? Le tout créé par une intelligence, donc ça doit être une chose Homo Man alors évidemment. ainsi les experts décrètent tous.

Mais voyons voir. nous avons des preuves que les chimpanzés, etc. (loutres, corbeaux, oiseaux, etc.) utilisent des outils en pierre/bois pour aider à trouver de la nourriture.
Que ce soit en creusant pour les larves/fourmis/miel, etc. ou en cassant des pierres pour ouvrir des noix/des crustacés, etc.

Quelle serait la probabilité. disons il y a 3,3 millions d'années, qu'un singe, pas encore un "hominidé", a attrapé un joli rocher arrondi de la taille d'une main, près d'une rivière, etc., et a commencé à briser ses noix ou sa coquille, également assis sur un autre rocher plus lourd, parce qu'il le savait casserait la nourriture. Quoi qu'il en soit, c'est parti, smash smash aïe, putain, il suffit de frapper sa jambe, smash, smash, à chaque fois que la nourriture glissante glisse sur le gros rocher, à chaque fois qu'il rate la nourriture et Hits The Rock, ce faisant, s'écaille des morceaux de Rock off son rock tenu dans la main. en fait en train de tailler le rocher (mais il ne le sait pas).

C'est vrai, il crée accidentellement une taille sur son morceau de pierre, ce qu'il n'avait aucune idée de ce qu'il faisait. que soudainement, 3,3 millions d'années plus tard, un singe intelligent formé à l'université arrive, voit les chips là où il a raté la nourriture et a heurté le rocher, et déclare. Oh Oh an Intelligent Man Thingy a créé des outils spéciaux avec son super esprit.

Alors qu'en réalité, "l'outil" a été accidentellement fabriqué en s'attaquant à de la nourriture et en manquant 5 fois sur 10.

Soyez honnête, combien de fois avez-vous des lecteurs ATS. s'est coupé avec un couteau, s'est piqué avec une aiguille, s'est cogné le doigt/le pouce/la jambe ou la main ou la tête avec un marteau/une porte/une table, la tête de quelqu'un d'autre, etc.

Singe miraculeusement vieux de 3,3 millions d'années, ne manque jamais quand il frappe sa nourriture et écaille des morceaux de roche de son outil ?
Il doit être le singe le plus intelligent qui ait jamais vécu, y compris maintenant.

S'il vous plaît, ces scientifiques étirent de plus en plus la réalité. plus ils apprennent, moins ils en savent.


Éliminer le mystère des outils les plus anciens jamais trouvés

An ancient stone tool unearthed at the excavation site near Kenya's Lake Turkana. It's not just the shape and sharp edges that suggest it was deliberately crafted, the researchers say, but also the dozens of stone flakes next to it that were part of the same kit. MPK-WTAP masquer la légende

An ancient stone tool unearthed at the excavation site near Kenya's Lake Turkana. It's not just the shape and sharp edges that suggest it was deliberately crafted, the researchers say, but also the dozens of stone flakes next to it that were part of the same kit.

A scientific discovery in Kenya, first reported in April, challenges conventional wisdom about human history, say the scientists who made the discovery and are now releasing the details. The scientists say the collection of stone tools they turned up near Lake Turkana were made long before the first humans are thought to have evolved.

This week the scientists unveil the details of their discovery in the journal La nature.

"The magic is being able to touch these stone tools for the first time, after 3.3 million years."

Sonia Harmand, archaeologist, Stony Brook University

What's remarkable about the find is that, up until now, scientists widely believed that humans invented stone-tool making. In fact, anthropologists call the earliest humans Homo habilis -- meaning handy man.

The toolmaking technique associated with humans involves whacking rocks together in just the right way to fashion sharp tools. Until recently, the evidence — fossil bones and very old tools — has suggested this talent emerged about 2.5 million years ago.

But a team led by scientists from New York's Stony Brook University discovered stone tools that are much older than that, in a desert area west of Kenya's Lake Turkana. The tools are now in a museum in Nairobi.

Archaeologists Sonia Harmand and Jason Lewis, of Stony Brook University, examine stone tools. Initially, she says, the scientists didn't realize the tools they found dated to hundreds of thousands of years before the first humans. MPK-WTAP masquer la légende

Archaeologists Sonia Harmand and Jason Lewis, of Stony Brook University, examine stone tools. Initially, she says, the scientists didn't realize the tools they found dated to hundreds of thousands of years before the first humans.

Team leader Sonia Harmand says Sammy Lokorodi, a Kenyan goatherd and fossil hunter on the team, found the first stone tool on the surface. Harmand knew it was old but at first didn't quite know what they had.

"We were very, very excited," she says. "But at that time, we didn't know, at all, we were going to have these stone tools begin at 3.3. million years ago." That's hundreds of thousands of years before humans evolved from apelike ancestors.

Reliably confirming the age of this assemblage of stones was just the start. The researchers also had to prove that the sharp rocks had actually been crafted by hand and weren't just stones accidentally shaped like tools by natural forces — wind or water, for example.

"The jumping up and down lasted a couple of minutes in the field," says Jason Lewis, another archaeologist and member of the Stony Brook team. "We very quickly had to put our nose to the grindstone to put everything together to convince the rest of the world."

What convinced the team (and other scientists who have seen the tools) was the fact that there was a whole stone-tool-making kit right there — all in one place. The kit was just like the ones the first humans used it included big core stones, flat anvil stones and sharp flakes.

To make a tool, you place the core stone on the anvil stone and strike it hard with another rock, Lewis says. Certain marks on the stones found in Kenya confirm they were manipulated this way.

"It's clear that the intention was to hit the stones together in such a way as to break off a series of sharp flakes," says Lewis.

And they found lots of these sharp flakes at the site. These are the "knives" of the Stone Age. They might have been used to cut meat off bone, or perhaps to cut up vegetable matter. In all, the team found more than 140 toolmaking artifacts at the site. While they weren't as sophisticated as tools that have been associated with the first humans, they were definitely crafted intentionally.

And at least one of the flakes actually fit perfectly into the grooves of one of the core stones. Harmand says that was the cherry on the cake — further evidence that someone had worked on these rocks at the site.

View of the excavation site near Lake Turkana. MPK-WTAP masquer la légende


Humans Shaped Stone Axes 1.8 Million Years Ago, Study Says

A new study suggests that l'homo erectus, a precursor to modern humans, was using advanced tool-making methods in East Africa 1.8 million years ago, at least 300,000 years earlier than previously thought. The study, published this week in Nature, raises new questions about where these tall and slender early humans originated and how they developed sophisticated tool-making technology.

l'homo erectus appeared about 2 million years ago, and ranged across Asia and Africa before hitting a possible evolutionary dead-end, about 70,000 years ago. Some researchers think Homo erectus evolved in East Africa, where many of the oldest fossils have been found, but the discovery in the 1990s of equally old l'homo erectus fossils in the country of Georgia has led others to suggest an Asian origin. The study in Nature does not resolve the debate but adds new complexity. At 1.8 million years ago, l'homo erectus in Dmanisi, Georgia was still using simple chopping tools while in West Turkana, Kenya, according to the study, the population had developed hand axes, picks and other innovative tools that anthropologists call &ldquoAcheulian.&rdquo

&ldquoThe Acheulian tools represent a great technological leap,&rdquo said study co-author Dennis Kent, a geologist with joint appointments at Rutgers University and Columbia University&rsquos Lamont-Doherty Earth Observatory. &ldquoWhy didn&rsquot Homo erectus take these tools with them to Asia?&rdquo

Using magnetic stratigraphy, Lamont-Doherty scientist Chris Lepre dated the ancient sediments where Acheulian tools had been found earlier. Credit: Voice of America.

In the summer of 2007, a team of French and American researchers traveled to Kenya&rsquos Lake Turkana in Africa&rsquos Great Rift Valley, where earth&rsquos plates are tearing apart and some of the earliest humans first appear. Anthropologist Richard Leakey&rsquos famous find--Turkana Boy, a l'homo erectus teenager who lived about 1.5 million years ago&mdashwas excavated on Lake Turkana&rsquos western shore and is still the most complete early human skeleton found so far.

Six miles from Turkana Boy, the researchers headed for Kokiselei, an archeological site where both Acheulian and simpler &ldquoOldowan&rdquo tools had been found earlier. Their goal: to establish the age of the tools by dating the surrounding sediments. Past flooding in the area had left behind layers of silt and clay that hardened into mudstone, preserving the direction of Earth&rsquos magnetic field at the time in the stone&rsquos magnetite grains. The researchers chiseled away chunks of the mudstone at Kokiselei to later analyze the periodic polarity reversals and come up with ages. At Lamont-Doherty&rsquos Paleomagnetics Lab, they compared the magnetic intervals with other stratigraphic records to date the archeological site to 1.76 million years.

&ldquoWe suspected that Kokiselei was a rather old site, but I was taken aback when I realized that the geological data indicated it was the oldest Acheulian site in the world,&rdquo said the study&rsquos lead author, Christopher Lepre, a geologist who also has joint appointments at Rutgers and Lamont-Doherty. The oldest Acheulian tools previously identified appear in Konso, Ethiopia, about 1.4 million years ago, and India, between 1.5 million and 1 million years ago.

Tools made by early humans were found at Kokiselei, Kenya, in Lake Turkana's
ancient shoreline sediments pictured above. Credit: Lamont-Doherty.

The Acheulian tools at Kokiselei were found just above a sediment layer associated with a polarity interval called the &ldquoOlduvai Subchron.&rdquo It is named after Tanzania&rsquos Olduvai Gorge, where pioneering work in the 1930s by Leakey&rsquos parents, Louis and Mary, uncovered a goldmine of early human fossils. In a study in Earth and Planetary Science Letters last year, Lepre and Kent found that a well-preserved l'homo erectus skull found on east side of Lake Turkana, at Koobi Fora Ridge, also sat above the Olduvai Subchron interval, making the skull and Acheulian tools in West Turkana about the same age.

Anthropologists have yet to find an Acheulian hand axe gripped in a l'homo erectus fist but most credit l'homo erectus with developing the technology. Acheulian tools were larger and heavier than the pebble-choppers used previously and also had chiseled edges that would have helped l'homo erectus butcher elephants and other scavenged game left behind by larger predators or even have allowed the early humans to hunt such prey themselves. &ldquoYou could whack away at a joint and dislodge the shoulder from the arm, leg or hip,&rdquo said Eric Delson, a paleoanthropologist at CUNY&rsquos Lehman College who was not involved in the study. &ldquoThe tools allowed you to cut open and dismember an animal to eat it.&rdquo

The skill involved in manufacturing such a tool suggests that l'homo erectus was dexterous and able to think ahead. At Kokiselei, the presence of both tool-making methods&mdashOldowan and Acheulian-- could mean that l'homo erectus and its more primitive cousin Homo habilis lived at the same time, with l'homo erectus carrying the Acheulian technology to the Mediterranean region about a million years ago, the study authors hypothesize. Delson wonders if l'homo erectus may have migrated to Dmanisi, Georgia, but &ldquolost&rdquo the Acheulian technology on the way.

The East African landscape that l'homo erectus walked from about 2 million to 1.5 million years ago was becoming progressively drier, with savanna grasslands spreading in response to changes in the monsoon rains. &ldquoWe need to understand also the ancient environment because this gives us an insight into how processes of evolution work&mdashhow shifts in early human biology and behavior are potentially caused by changes in the climate, vegetation or animal life that is particular to a habitat,&rdquo said Lepre. The team is currently excavating a more than 2 million year old site in Kenya to learn more about the early Oldowan period.

The study&rsquos other authors are: Helen Roche, Sonia Harmand, Jean-Philippe Brugal, Pierre-Jean Texier and Arnaud Lenoble at France&rsquos National Center of Scientific Research Rhonda Quinn, Seton Hall University and Craig Feibel, Rutgers University.



Commentaires:

  1. Vanderpool

    Je crois que vous faites une erreur. Envoyez-moi un courriel à PM.

  2. Dainan

    Je suis d'accord, une phrase très utile.

  3. Goltilar

    Cela me dépasse!

  4. Traigh

    C'est une idée remarquable, plutôt utile

  5. Granville

    Félicitations, je pense que c'est une pensée merveilleuse.



Écrire un message